Don en Ligne
Messes et confessions
Trouver ma paroisse
Documents catéchétiques

Immersion dans la vie d’un moine bénédictin pour les jeunes du CCU de Dijon

Le week-end de la Saint Joseph (19-20 mars 2022), c’est avec soif de travailler sur leur vie intérieure avec le Christ qu’un groupe d’étudiants de l’aumônerie de Dijon s’est rendue dans les terres reculées du Morvan, à l’abbaye de la Sainte-Marie de la Pierre-qui-Vire.

Nommée d’après le rocher qui semble glisser à l’entrée du sanctuaire, l’abbaye qui compte aujourd’hui une quarantaine de moines a été fondée en 1850 par l’abbé Muard. Son choix s’est porté sur cet écrin de verdure qui favorise la contemplation, à Saint-Léger-Vauban.

Ce week-end aura permis aux étudiants de s’immerger dans la vie d’un moine bénédictin en participant aux offices quotidiens, en totale déconnexion pour se reconnecter à Dieu et aux autres. Ce moment a aussi été l’occasion de partager des temps d’échanges et des enseignements sur les psaumes préparés par leur aumônier, le père Matthieu Delestre.

L’abbaye est entourée de petits chemins qui ont été l’occasion d’une promenade jusqu’au lac de Saint-Agnan. De la vie des moines, le groupe a aussi pu expérimenter les repas, pris en silence (tant bien que mal). Seul le travail, aspect important de la règle de saint Benoit n’était pas au programme. L’abbaye est à l’origine de poteries et de fromages (produits à la ferme par des agriculteurs désormais) que l’on retrouve dans la boutique monastique pour le plus grand plaisir des gourmets, ainsi que d’autres produits pour garder un souvenir ce lieu mémorable.

© Clarisse Brauen et Eliza Siurek