Ils se sont « posés avec Dieu »… et ils en parlent

Les 8 et 9 février derniers, une retraite « se poser avec Dieu » a été organisée à Fain-les-Moutiers avec le père Paul Royet sur le thème « Garder l’Espérance dans un monde en crise ». Plusieurs des 29 participants témoignent…

Un premier participant explique : « La proposition de cette retraite « se poser avec Dieu » était en soi prometteuse, la surprise du thème « garder l’Espérance dans un monde en crise » a rajouté de l’intérêt à un week-end très attendu.

J’ai découvert le colloque avec Jésus en croix, une profonde expérience d’humanité et d’humilité devant le mystère de l’Amour absolu. Cela m’a fait écho aux propos de François Cheng sur l’Absolu de l’Amour qui a créé le monde et l’homme, et l’Absolu du mal sur la Croix vaincu par le même Amour…

« J’ai découvert une manière de prier à partir des Ecritures »

Vivre un temps de retraite en silence est une grâce, un « luxe » peut-être pour certains. Consacrer 36h quasi exclusivement au Seigneur redonne de l’élan, me relie à la source inépuisable.

Un autre retraitant lance : « Cette retraite a été décapante pour un novice en pensée ignacienne. J’ai découvert une manière de méditer et prier à partir des Ecritures. En deux journées de ce régime-là, j’ai eu le sentiment d’avoir davantage fait grandir ma vie spirituelle qu’en plusieurs décennies de prière appliquée mais convenue !

A recommander à tous ceux qui veulent vraiment Le reconnaître et agir selon ses commandements : Si vous venez, le hasard n’y sera pour rien. »

« On rentre le cœur bien rempli, débordant »

–—˜™—˜™Un troisième participant souligne : « Si se Poser avec Dieu nous fait envie, il est bien un lieu où les conditions sont remplies, c’est ici à Fain. Une retraite proposée pour (re)trouver la présence du Seigneur. Tout d’abord, le silence qui permet de se remplir de Dieu, un silence qui permet de regarder et de se regarder, un silence pas total car rempli des sourires, des visages de chacun et chacune. Un temps pour découvrir l’Evangile comme Paroles Vivantes, un temps pour aimer et se sentir aimé, un week-end dont on ne sort pas indemne regonflé et assez gonflé pour oser dire « Dieu nous aime ». Un temps rempli d’Espérance et de joie.

On rentre le cœur bien rempli, débordant. Je termine par ce que dit Sainte Catherine : « Je lui raconte mes peines et mes joies et j’écoute ». C’est cela le week-end.

–—˜™Une autre participante précise : « Pour moi qui suis âgée, ce fut un temps de pause avant d’aborder mes dernières années de vieillesse avec leur cortège de déchéances successives, mes dernières « tempêtes » avant de voir l’autre rive, sachant que Jésus sera avec moi jusqu’au bout. Belle leçon d’Espérance, puisqu’Il m’aime comme je suis pour l’Eternité. »

« Il faut nous en remettre totalement à l’Esprit et à Dieu »

–—˜™Une dernière personne conclut : « Cette retraite « tombait » bien et répondait à mes attentes du moment. En effet, j’ai depuis longtemps voulu faire toute la volonté de Dieu et donc devenir saint, mais j’ai connu des désillusions diverses (divorce, timidité voire lâcheté, enfants qui ne pratiquent plus, climat actuel, manque de réceptivité par famille, collègues, etc… ).

J’étais arrivé à un point où je me sentais totalement incapable de quoi que ce soit (ou presque) et où je ne savais que faire (et en plus, la retraite approche), comment le faire. Mais il y a ce second appel, et qu’il faut nous en remettre totalement à l’Esprit et à Dieu. »