« Dieu nous rejoint dans nos vies telles qu’elles sont »

Le père Raphaël Clément a donné ce mercredi une conférence à l’église Sainte-Jeanne d’Arc de Dijon pour évoquer la sainteté dans le monde actuel. Cette intervention s’inscrit dans le cadre du cycle de conférences du doyenné Dijon Sud-est sur l’Exhortation Gaudete et Exsultate, publiée l’an dernier par le Pape François.

Le père Clément explique : « Le Pape appelle chacun à la sainteté au quotidien. A plusieurs reprises, il insiste sur cette sainteté qu’il nomme la sainteté de la porte d’à côté. Cela est très lié à la spiritualité ignatienne, à savoir chercher et trouver Dieu en toute chose. L’idée centrale de cette ‘‘sainteté pour tous’’ signifie que la sainteté n’est pas réservée à une élite cléricale ou monastique, comme le disait déjà Saint-François de Sales au 17e siècle. Il souligne que la sainteté n’est pas une affaire de connaissance, de spécialistes, elle n’est pas non plus le fruit d’efforts surhumains. »

Laisser Dieu se déployer dans nos vies

Le prêtre dijonnais poursuit : « Le Pape remet à l’esprit que Dieu nous rejoint dans nos vies telles qu’elles sont. C’est Lui qui reste le moteur : Il faut accueillir Dieu à l’œuvre dans nos vies en le laissant s’y déployer.

Pour le Pape François, voici les caractéristiques de la sainteté dans le monde actuel : endurance, joie, audace, en communauté, en prière. L’endurance tout d’abord : il faut accepter de travailler la patience, lutter contre les divisions du cœur qui peuvent amener à un ‘‘autocentrement’’, qui tue nos efforts et qui amène à être impulsif, voire violent. Le Pape prend comme exemple contemporain les comportements sur les réseaux sociaux.

Cultiver la joie, ensuite, car un chrétien triste ne donne pas envie de suivre le Christ, contrairement à un chrétien qui rayonne. L’audace, quant à elle, est à cultiver en vue de l’évangélisation. La dimension communautaire a une portée universelle. Enfin, le Pape rappelle l’importance de la prière, il demande de prendre tous les moyens qui permettent de faire grandir notre vie spirituelle. »

La « classe moyenne de la sainteté »

Le père Clément ajoute : « Ainsi, ce qui est premier, c’est la grâce de Dieu à accueillir, pas un effort sur nous-mêmes. Il n’y a pas de travail de sanctification sans une relation de cœur à cœur avec le Seigneur, sans un rapport étroit avec la parole de Dieu et avec les sacrements.

Les saints que le Pape donne en exemple sont « accessibles » : il mentionne ainsi « le saint peuple fidèle de Dieu », ceux qui sont un reflet de la présence de Dieu, que le pape appelle « la classe moyenne de la sainteté ». Il y a les saints canonisés, bien sûr, mais il ne faut pas oublier tous les saints connus de Dieu seul.

Au lieu de dire ‘‘appel à la sainteté’’, le Pape parle ‘‘d’appel au déploiement de la vie baptismale en nous’’. Le déploiement d’une vie baptismale se fait suite à une décision de conversion. Nous sommes devenus des saints par le baptême. Cette trajectoire de sainteté se nourrit de ces actes simples : les actes de la vie quotidienne ! »