Don en Ligne
Messes et confessions
Trouver ma paroisse
Documents catéchétiques

« Jeune retraité » en septembre, Hubert Hoppenot va rejoindre Vitteaux

Le dimanche 17 juin dernier, la paroisse des Hauts du Suzon a organisé une fête à Messigny-et-Vantoux pour souhaiter une bonne retraite au père Hubert Hoppenot, son curé depuis 12 ans. Ce dernier, âgé de 75 ans, va, à partir du mois de septembre, habiter dans les environs de Vitteaux.

Il raconte : « Je suis né à Châtillon-sur-Seine en janvier 1943, aîné d’une famille catholique, mes parents étaient très pratiquants. On priait régulièrement en famille, et on voyait nos parents vivre leur foi. A la mort de Maman, décédée à l’âge de 100 ans, beaucoup de personnes m’ont témoigné qu’ils la considéraient comme une femme exceptionnelle. Elle avait cette capacité à reconnaître chez les autres de nombreuses qualités ».

« Le Seigneur m’a fait comprendre qu’il pouvait suffire à mon bonheur »

La question de la vocation se pose deux fois au jeune Hubert. La première fois alors qu’il est enfant et qu’il est scolarisé au petit séminaire de Flavigny. Ses parents l’en retirent pour l’envoyer dans une école spécialisée car il était dyslexique. Il revient au petit séminaire pour la classe de terminale.

La deuxième fois est à l’occasion d’un pèlerinage à Lourdes, alors qu’il a une vingtaine d’années. Il raconte : « Le Seigneur m’a fait comprendre qu’il pouvait suffire à mon bonheur ». Il décide d’entrer au séminaire.

« J’ai passé deux ans au séminaire de Dijon, puis, après mon service militaire, je suis allé au séminaire de Besançon. J’ai été ordonné en 1971. J’étais destiné à être préfet au petit séminaire, mais j’ai demandé à être aumônier de collège et de lycée. J’y suis finalement resté, à Marcelle Pardé, puis aux lycées Eiffel et Carnot, jusqu’en 1980 », précise le prêtre qui ajoute : « Cette année là, j’ai été nommé curé d’Auxonne. J’y suis resté une dizaine d’années, puis je suis allé six ans à Semur-en-Auxois, puis 10 ans à la paroisse Saint-Paul de Dijon, et enfin Messigny, où je suis arrivé il y a 12 ans. »

« J’ai appris à m’émerveiller de beaucoup de choses »

Arrivé à l’heure de la retraite, il indique : « Au fil des années, je suis passé de celui qui sait et transmet à celui qui partage, en cherchant chez les gens ce qui les passionne. J’ai appris à m’émerveiller de beaucoup de choses. Je marche souvent en forêt, la nature m’apprend à être attentif à ce qui m’entoure plutôt que mes petits projets. L’approche des petits animaux m’a appris à observer. J’attire les chevreuils, les cerfs, j’arrive même à passer inaperçu au milieu des sangliers. »

Le père Hubert Hoppenot, qui dit avoir été marqué par le Pape Paul VI, quand il était séminariste, poursuit : « La façon dont la société a évolué, en 40 ans, m’a beaucoup marqué. Si j’avais un conseil à donner ce serait celui-ci : Si tu veux voir Dieu, regarde les gens, ne juge pas ! Cette « retraite » qui arrive, si on peut la nommer ainsi, je l’envisage avec modestie, c’est un certain saut dans l’inconnu. Je ne compte pas rester inactif, j’espère lire plus régulièrement dans les années à venir. Et, bien sûr, continuer à observer la forêt ! »