Joli mois de mai… mois de Marie !

C’est une façon très poétique de parler du mois qui nous sort de l’hiver sans nous pousser trop fort vers l’été ! Si nous n’avons plus de soleil, nous savons qu’il reviendra, il suffit d’attendre, mais beaucoup moins qu’en hiver. La chaleur nouvelle nous accompagne dans nos sorties et activités de plein air, c’est très agréable.

Donc tout va bien…Enfin presque, nous avons été marqués par les incertitudes de deux ans d’épidémie, des proches sont peut-être partis, puis l’indicible nous surprend, la guerre tout à côté de l’Europe. Le rêve fou d’un monde sans problème, s’éloigne de plus en plus, rêve très artificiel d’ailleurs, nous serions les seuls depuis 60 000 ans (existence supposée du Sapiens Sapiens ?) à vivre sans soucis ? Ce serait injuste ! Nous avons découvert l’angoisse, peut-être l’inquiétude ? Il y a un traitement à ce mal être : c’est la confiance !

Quelle confiance ? En quoi ? En qui ? Un traitement médical ? Et si nous trouvions un modèle ? C’est plus facile d’être aidé par un modèle, guidé dans nos moments d’incertitudes.
Je n’ai pas l’adresse de ce guide, mais je la connais bien : c’est Marie, la Sainte Mère de Jésus Christ ! Vous pensez que cela ne nous concerne plus, cette vieille histoire qui date de 2 000 ans ? Marie est un guide spirituel, la spiritualité n’a pas d’âge, parce que cela concerne la partie éternelle de notre être, l’âme !

Ce n’est surtout pas une vie idéalisée qui l’a rendue sainte, c’est sa confiance indéfectible en son Créateur, Dieu. Des difficultés elle en a rencontré tout au long de sa vie, et elle les a surmontées dans une confiance totale.

Quelques exemples : Jeune fille fiancée à un artisan charpentier, elle accepte la conception de Jésus avant le mariage, aujourd’hui, c’est tellement courant, mais à l’époque si Joseph, son futur époux l’avait dénoncée, elle aurait été très naturellement lapidée, c’est la loi de Moïse qui le prescrivait !

Enceinte et seule, elle traverse son pays, environ 160 km, mais à cette époque, en contournant la Samarie, c’était plutôt 200 km, pour simplement aller aider sa cousine âgée qui attend un heureux évènement. Qui le ferait aujourd’hui ?

Près de la date de la naissance, elle obéit à l’édit d’un empereur romain et elle refait le même parcours en mauvaise saison, mais avec Joseph, pour accueillir la naissance de Jésus ; vers Bethléem dans une grotte qui sert à mettre les animaux à l’abri en cas de mauvais temps. Quel environnement hostile et quelle confiance !

Puis c’est un exode en Egypte, et enfin, quelques années plus tard, son fils est accusé à tord, jugé, condamné à mort au plus terrible des supplices, la croix. Elle encore là, en pleurs mais sans désespérer de Dieu !

Comme vous le savez peut-être, le mois de mai est le mois consacré à la Vierge, si nous nous tournons vers elle avec confiance, même si nous avons quelques doutes, nos demandes seront écoutées, il n’y aura pas de miracle, car il faut une très grande foi pour les miracles, mais l’inquiétude et l’angoisse peuvent disparaitre et nous redonner ce que nous ne devrions jamais perdre à l’image de Marie : la confiance en Dieu.

Dieu est notre seul avenir !
Bon mois de mai !

Daniel BONNOT (Diacre permanent) pour la feuille paroissiale de Is-sur-Tille / Grancey-le-Château