Le Secours catholique a ouvert un accueil de jour ce jeudi

C’est ce jeudi à 14h30 que le Secours catholique de Dijon a ouvert un accueil de jour dans ses locaux situés 9ter boulevard Voltaire. Cela fait plusieurs semaines que les bénévoles sont à pied d’œuvre pour aménager une partie du rez-de-chaussée et y installer une cafétéria, des sanitaires, une buanderie…

Chantal Sur, présidente de la délégation Bourgogne du Secours Catholique, explique : « On pourrait nous dire que cet accueil de jour n’est qu’une structure de plus, mais elle a toute ses raisons d’être. Sa mise en place est le résultat d’une étude de besoins très précise qui a été menée sur deux ans. On s’est rapproché de plusieurs associations locales, comme la Sdat, Coalia ou encore la Cimade, et les bénévoles sont allés dans la rue, afin de faire remonter, notamment, les besoins des personnes sans domicile. »

Ces besoins ont été identifiés de manière assez claire : il manquait à Dijon un endroit pour se laver, laver son linge, prendre un café…

« Pour l’accueil de nuit, les besoins sont couverts, mais ce n’était pas le cas pour l’accueil de jour », reprend Chantal Sur qui poursuit : « On s’est déplacés à Paris, à Metz ou encore à Annecy pour aller visiter d’autres accueils de jour, pour s’inspirer des bonnes idées mises en place. Et puis on est partis à la recherche de subventions afin de faire baisser les coûts au maximum. »

Les bénévoles ont « mouillé la chemise »

Les bénévoles rivalisent d’audace et d’énergie afin de frapper aux portes pour trouver des « sponsors ». Parmi eux, Jean-Philippe, qui a réussi à décider plusieurs entreprises dijonnaises à soutenir le projet. Il obtient ainsi, entre autres choses du carrelage et de la peinture de grande qualité.

Chantal Sur souligne : « S’il y avait une conclusion, parmi d’autres, à tirer de cette aventure, c’est que la générosité existe ! Il faut dire que ce projet est riche de sens humain : c’est un signe pour Dijon, mais aussi une expérience et une espérance.

Le signe tout d’abord : Tout le monde s’est mobilisé : c’est le signe qu’aujourd’hui, on peut donner du temps gratuitement. C’est aussi le signe que les pauvres peuvent avoir une place, un accueil respectueux, digne. Enfin c’est un beau signe pour l’Eglise !

Ensuite l’expérience. Je veux encore une fois saluer le dynamisme des bénévoles du Secours catholique. On a mobilisé et informé nos donateurs. Il y a eu une belle synergie avec les associations locales qui accueillent. On a fait une expérience de réciprocité : cinq personnes que nous aidons sont venues nous aider à peindre. On a fait l’expérience que les pauvres nous apprennent beaucoup de leur vécu et nous mettent face à nos limites humaines.

Enfin, l’espérance. On croit qu’on peut faire route avec les personnes en difficulté, changer de regard sur elles, contribuer à quelque chose. Il y a une vraie générosité autour de nous : les gens attendent qu’on fasse appel à eux, et c’est une grande source d’espérance. On peut apporter une vraie fraternité grâce à ce lieu là.

Le Secours catholique recherche des bénévoles

Je tiens par ailleurs à préciser que le diocèse a soutenu ce projet, Mgr Minnerath l’a souhaité. »

La présidente de la délégation Bourgogne du Secours Catholique conclut : « Pour débuter, l’accueil de jour sera ouvert deux après-midi dans la semaine. L’objectif est de l’ouvrir six jours par semaine ! Pour cela, il nous faudrait 70 bénévoles. Or, nous en recherchons actuellement ! Il faut savoir que nous leur assurons systématiquement une formation. »

Pour soutenir le projet, vos dons sont doublés : 1€ donné = 1€ versé

L’accueil de jour en chiffres

Capacité maximale en simultané : 30 personnes
Sanitaires : 3 douches
Ouverture : 2 jours par semaine pour le moment : le jeudi de 14h30 à 17 h et le samedi de 8h30 à 11 h
Buanderie : 4 machines à laver
Repas : 1 cafétéria équipée (petit déjeuner et goûter proposés, mais pas de repas proposé)
Enfants : 1 espace jeu
Internet : 1 cybercafé pour accéder aux démarches administratives