Festival de la Vie : un concert… et une course de « push-car » !

Le Festival de la vie, c’est ce week-end à Châtillon-sur-Seine ! Le père Vincent Sauer, responsable de la pastorale des jeunes pour le diocèse de Dijon, revient sur l’événement.

Ce festival commence par une course de « push-car ». Est-ce une innovation ou une habitude ?
« C’est une innovation depuis 2015. En fait, ce rassemblement diocésain pour les 4ème-3ème existe depuis plus de 10 ans et a lieu tous les deux ans pour entrer en Avent. Jusqu’en 2013, il se déroulait le 1er dimanche de l’Avent : c’était « En avant en Avent ! » Pour l’édition 2015, année de la vie consacrée, nous avons voulu essayer un autre format, sur un week-end, en gardant l’idée d’entrer en Avent. C’est devenu le « Festival de la vie », qui se déclinait en quatre temps : la vie physique avec une course de push-cars, la vie spirituelle avec une veillée concert-prière, la vie consacrée avec des témoignages de consacrés le dimanche matin, et la vie donnée avec la célébration de l’eucharistie présidée par notre archevêque.
Cette année, nous quittons Dijon pour Châtillon-sur-Seine, avec le même format. Mais à la place de la vie consacrée ce sera des témoignages de vie. Et, autre changement, nous n’aurons pas la messe entre nous en début d’après midi, mais nous participerons à la messe paroissiale de Châtillon. »

Le groupe Hopen, qui donne un concert samedi soir est en vogue actuellement. A-t-il été difficile de les faire venir à Châtillon ?
« C’est vrai que le groupe Hopen est actuellement en vogue auprès des jeunes, c’est pourquoi nous nous y sommes pris suffisamment tôt pour le réserver. Bien sûr, ce concert est ouvert à tous ! Il y’a même des jeunes du diocèse de Troyes qui devraient venir. »

Quels seront les thèmes des témoignages et des topos du dimanche ?
« Dans l’élan de la préparation au Synode d’octobre 2018 sur « les jeunes, la foi et les vocations », nous avons voulu faire réfléchir les jeunes sur les vocations, et en particulier sur « la vocation universelle à la sainteté » que nous avons « traduite » pour les jeunes par « l’appel à aimer ». Cette partie de la matinée se déroulera ainsi :
9h : topo en grand groupe sur « ton corps et ton cœur faits pour aimer », par Agnès Corbet, du Cler.
9h30-10h30 : le grand groupe sera divisé en trois équipes, et chaque équipe ira écouter un témoignage vocationnel. Ces témoignages répondront à deux questions : Comment en suis-je arrivé à répondre à l’appel du Seigneur dans le mariage ou dans la vie consacrée ? Comment, dans mon état de vie, je vis concrètement mon appel à aimer ? Chaque équipe pourra ensuite partager avec son (ses) témoin(s): Agnès Corbet, Benoît et Clotilde Lecuyer (un couple de Châtillon), et le diacre Etienne Clément.

Comment toucher, aujourd’hui, un adolescent de 4e-3e, pas forcément proche de l’Eglise ?
« S’il y avait une recette, je pense qu’on la connaîtrait ! Mais il me semble que ce genre de week-end rassemblant plusieurs dizaines de jeunes dans une ambiance à la fois festive et chrétienne peut contribuer à toucher un adolescent du XXIème siècle. »

Combien de jeunes attendez-vous ? Y a-t-il une date limite d’inscription ?
« A ce jour il y a un peu plus de 80 jeunes inscrits (de 12 aumôneries), une quinzaine d’animateurs, sept prêtres et deux diacres. Les inscriptions sont closes, mais on peut faire encore quelques exceptions! »

Les push-car sont-ils éprouvés sur piste glissante ?
« Nous aurons la réponse samedi… s’il gèle ! »