« Les malades en appellent à Dieu pour qu’Il leur donne de la force »

La journée mondiale du malade, qui s’est tenue ce dimanche, a coïncidé cette année avec le dimanche de la santé. Plusieurs paroisses du diocèse de Dijon ont proposé aux paroissiens qui le souhaitaient de recevoir le sacrement des malades. C’est le cas à la paroisse Dijon – Sainte-Chantal dont le curé, le père Luc Lalire, explique :

« Cela fait quelques années que les paroissiens qui le désirent reçoivent le sacrement des malades le jour du dimanche de la santé. Dimanche, ils étaient huit à recevoir ce sacrement, qui est donné dans trois cas : premièrement, ceux qui souffrent d’une maladie grave ou qui doivent subir une opération, deuxièmement pour les personnes très âgées, et troisièmement pour les personnes mourantes (on parle là d’extrême onction, Ndlr). Ce geste est très ancien et s’enracine dans l’Evangile. Il est proposé aux personnes qui sont faibles physiquement et qui veulent en appeler à Dieu pour leur donner de la force. Cette force s’enracine dans la puissance de la résurrection. »

Le prêtre poursuit : « Le fait de vivre le sacrement des malades pendant la messe dominicale comporte une autre dimension, qui est communautaire, car ce moment se vit en paroisse. Cela permet aux malades d’être portés par la prière de toute la communauté. Suite à ce sacrement, toutes les personnes témoignent d’un vrai apaisement, qui est favorisé par le geste de l’imposition des mains. Dimanche, nous avons également prié pour les soignants et tous ceux qui travaillent dans le monde de la santé, en particulier lors de la prière universelle. »

Les huit personnes qui ont reçu le sacrement des malades à Sainte-Chantal ont participé, auparavant, à un temps de préparation où le sens du sacrement a été expliqué.