24 heures pour le Seigneur à  l’occasion de la fête du Sacré-Coeur – Doyenné Dijon-Nord-Est

1592La fête du Sacré-Coeur, le vendredi 3 juin, a été marquée, en cette année de la miséricorde, avec une particulière solennité dans notre diocèse, puisque l’équipe pastorale du doyenné Dijon-Nord-Est a souhaité que la fête de l’amour du Christ soit l’occasion d’organiser à l’église du Sacré-Coeur  les « 24 heures pour le Seigneur » recommandées par le pape François dans sa bulle d’indiction du jubilé.

Les vastes proportions du sanctuaire diocésain et le long déroulement de la rencontre ont permis d’offrir une grande variété de propositions, présentées par le père Lamblot, curé du lieu, lors du temps d’accueil, la veille au soir : célébration d’ouverture animée par le doyen, curé de la paroisse Saint Jean XXIII, le père Févotte, puis enseignement sur la miséricorde, à travers l’expérience des saints, par le père Erazmus, de Saint Augustin à Sainte Faustine, en introduction à la nuit d’adoration eucharistique. Le lendemain, on pouvait revenir pour prier  à la crypte, toujours consacrée à l’adoration permanente, ou trouver à se confesser dans les différentes chapelles, découvrir les statues et les vitraux, ou partager avec d’autres dans les salles paroissiales. Ainsi l’atelier « Prière, salut, santé », animé par Vincent Boggio, et le montage de Bruno Perrin « La miséricorde dans nos vies » ont mis des mots et des images sur toutes les situations de fragilité et de souffrance où nous implorons la tendresse de Dieu, et où notre compassion fraternelle doit agir. « Soyez miséricordieux comme votre père est miséricordieux ! » demande Jésus dans le sermon sur la montagne ! (Luc, 6, 36)

L’homme pécheur, porté avec amour par le Christ sur ses épaules, comme la brebis perdue et retrouvée : la mosaïque du jubilé peut illustrer l’évangile de la messe du Sacré Coeur. Elle fut  concélébrée par monseigneur Minnerath, en clôture, avec tous les prêtres du doyenné. Dans son homélie, l’évêque expliqua le sens biblique du mot « cœur »: centre de la personne, principe de vie intérieure. Utiliser ce mot pour parler de Dieu, c’est rappeler qu’il est Amour : amour  du Père, source de la création du monde, amour incarné dans le Christ, qui s’offre à chacun, encore aujourd’hui, Esprit d’amour qui donne sens à la vie. La chorale diocésaine, une fois de plus, a soutenu de ses chants la prière de l’assemblée, notamment par le bel hymne du jubilé pour l’envoi. L’assemblée était nombreuse, et beaucoup se sont retrouvés encore le soir pour un repas partagé.

Maguy Minonzio

           Crédit Photos : Bruno Perrin