L’élan missionnaire toujours dans le quotidien de ma vie

« Celui qui était loin, tu l’as ramené proche, et tu as fait un frère de l’étranger. » Tagore

Cécile Gagnard a été coopérante dans le sud du Tchad. Elle est partie avec la Délégation Catholique pour la Coopération (DCC) de 2013 à 2014. La semaine missionnaire, elle la vit chaque jour de l’année. Les moments partagés, les personnes rencontrées sont toujours bien ancrés dans son esprit. Elle témoigne.

1698L’importance de la semaine missionnaire  

« Ayant eu la chance de vivre en mission un an en Afrique, je pense souvent à nos frères et à nos sœurs qui vivent « à l’autre bout du monde », et pas seulement lors de la semaine missionnaire mondiale. Mais je crois que cette semaine est importante car elle est l’occasion pour l’Eglise « d’ici » d’être plus particulièrement en communion avec l’Eglise de « là-bas » ; elle permet de prendre conscience que l’Eglise est vraiment universelle.  Même si l’on n’a pas vécu une expérience de coopération missionnaire, la semaine missionnaire mondiale ouvre nos yeux et nos cœurs aux réalités que vivent tant d’enfants, de femmes et d’hommes sur d’autres continents : une foi et une joie profondes, vécues dans un grand dénuement matériel. Elle permet à chacun de prier pour le monde entier, et de penser aux missionnaires qui donnent chaque jour totalement leur vie au service de la dignité des plus pauvres. La prière universelle nous permet de continuer de porter ces intentions tout au long de l’année. »

 Ma mission au Tchad

1698_6

« Pendant l’année 2013-2014, partie avec la DDC, je suis intervenue pour faire du soutien scolaire dans un Foyer de jeunes filles tenu par les sœurs franciscaines alcantarines à Doba. Je m’occupais de dix-huit filles qui venaient des campagnes alentours, scolarisées du CM2 à la Seconde. Ces jeunes filles avaient ainsi la possibilité de poursuivre leurs études, alors que la plupart arrêtent leur scolarité après le primaire. Faisait aussi partie de notre équipe de coopérants une kiné chargée de la rééducation dans un Centre de personnes handicapées. Aujourd’hui encore, je suis en contact régulier avec deux de ces dix-huit filles (Honorine et Geneviève), avec un jeune atteint de handicap à cause de la polio (Calice) et avec le Père Kisito, prêtre tchadien d’une paroisse de brousse – qui est d’ailleurs venu cet été dans notre diocèse –.

Cette expérience missionnaire marque toujours mon quotidien. Actuellement, j’essaie d’aider les villageois de Koro-Bémara dans leur projet de forage d’un puits. L’eau étant à 90 mètres de profondeur, ils ne peuvent pas creuser un puits par leurs propres moyens. Les femmes souffrent beaucoup car elles font actuellement 32 kilomètres à pieds par 30 à 40 °C, avec au retour 30 litres sur la tête, pour se procurer de l’eau. A cause de la soif, les enfants de Koro-Bémara ne fréquentent pas l’école les mois les plus chauds de l’année, de mars à Juin. »

Mon appel ?

« C’est lors d’une session d’été à Paray-le-Monial que j’ai reçu cet appel à « partir ». Mais ce désir m’habitait depuis l’adolescence. Lors de l’Effusion de l’Esprit Saint, le Seigneur m’a adressé cette parole à travers les personnes qui priaient à mes côtés : « C’est moi qui vous ai choisis, afin que vous partiez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. » (Jean 15, 16). Auparavant dans la même journée, deux participantes à la session m’avaient également invitée à « partir ».

Le plus difficile aura été de revenir. Depuis, j’apprécie les « petits riens » auxquels je ne prêtais pas attention avant mon départ : avoir de l’eau, de l’électricité, du fromage et du chocolat ! Je reste marquée par le courage dont font preuve les Tchadiens, leur capacité à vivre pleinement le moment présent, leurs relations simples à l’autre, leur grand sens de l’hospitalité et leur immense gratitude. J’ai donné de mon argent, de mon temps, de ma personne, et ai reçu bien davantage : beaucoup d’amour ! Qu’y a-t-il de plus beau que le sourire resplendissant de ces enfants ? »

Cécile Gagnard

 

Photos : © DR

Coopération Missionnaire

 Coopération-missionnaire

Délégué épiscopal

M. Jean-François MINONZIO
Œuvres pontificales Missionnaires
1 rue Nicolas Bornier
21000 DIJON

Tél : 06 74 34 01 67
E-mail : minonzio.jean-francois@wanadoo.fr

Délégué D.C.C

(Délégation catholique pour la coopération) :

M. Jean-Pierre THOREY

50 rue Berlier
21000 DIJON

Tél : 09 50 44 70 51
E-mail : delegue.dijon@ladcc.org