Une rencontre nationale des Chrétiens en Grande Ecole

1504Partis à 23h de la maison Ozanam d’un bus qui venait de Belfort, nous sommes 20 étudiants du CCU à être partis à la rencontre nationale des Chrétiens en Grande Ecole (CGE) à Angers.

Le voyage s’est déroulé dans la joie, les discussions les chants et quelquefois des moments de sommeil… Arrivés à 6h30, des volontaires nous ont accueillis avec dynamisme. Au centre des Congrès, nous avons pris un bon petit-déjeuner qui a refait nos forces. Après nous être restaurés, nous sommes allés répéter le flash-mob du dimanche dans l’auditorium pour nous réveiller.

Les étudiants d’Angers nous ont demandé de poursuivre la joie tout le week-end. Une clown de Dijon nous a introduit au thème « De la tristitude à la béatitude ! » avec beaucoup d’humour et d’ingéniosité ! Avec la conférence de l’évêque de Belfort-Montbéliard et du philosophe Fred Poché, nous sommes entrés plus en profondeur dans le thème.

La conférence-débat était animée par des étudiants de Sciences-Po qui prenaient les questions des étudiants par SMS. Puis, nous sommes allés manger au restaurant universitaire. L’équipe a témoigné avoir été surprise par la simplicité et la joie des étudiants. Des stands se tenaient à la fin de la messe pour présenter aux étudiants des associations engagées dans le service des plus petits parmi nos frères : À Bras ouverts, la Mission Étrangère de Paris, les équipes Alpha et la Société de Saint-Vincent-de-Paul, dont le stand tenu par certains d’entre nous.

L’après-midi, les étudiants du CCU en ont profité pour mettre de l’ambiance parmi les participants et les volontaires, les « olé » de Dijon ont retenti dans le Centre de Congrès. L’après-midi, nous nous sommes répartis dans les différents ateliers : « Etre faible pour mieux servir », « Le pardon dans le couple » et biens d’autres interrogations sur la possibilité de trouver la joie dans la fragilité, la cohérence entre vie de foi et vie au travail.

Après les ateliers, les étudiants ont rejoint les différents sites qui accueillaient les temps de prière animés par certaines aumôneries : prier avec Pier Giorgio Frassati, adoration, prière de Taizé, etc… Le CCU a pris en charge l’animation des Vêpres.

Après le repas du soir et après les danses, des étudiants de l’Ircom d’Angers ont accompagné le groupe Etincello, en nous proposant une veillée de théâtre, de prière, de danse et de louange autour des figures de saint Jean-Paul II, saint François d’Assise, Chiara Luce et saint Maximilien Kolbe.

La soirée s’est clôturée avec un « Resuscito » assourdissant qui a enflammé le Centre de Congrès. Et remplis de joie, nous avons affronté une pluie battante pour rejoindre le parking, où les familles angevines sont venues nous chercher et nous ont accueillis avec beaucoup de générosité et de fraternité. Ce fut l’occasion d’échanges et de partage.

Le lendemain matin, le rendez-vous était fixé à l’Université catholique d’Angers pour participer, après la prière des Laudes, à des tables-rondes sur la bioéthique, le handicap, la construction du couple, etc. avec de brillants intervenants. Après un déjeuner frugal mais convivial, nous nous sommes rassemblés devant la cathédrale Saint-Maurice, où nous avons dansé le flash-mob dans la joie ! La célébration eucharistique, source et sommet de notre vie étudiante, a conclu ce rassemblement.

Nous sommes enfin repartis, le cœur empli de la joie de l’Évangile, en savourant l’exhortation du pape François : « Un chrétien ne peut jamais être triste ».

                                            Claudia Soffiantini et Paul Cabarat

Photos© CCU