A la découverte de six églises de la vallée de la Vingeanne

1594L’Association Art sacré en Côte d’Or (AASCO) travaille en coordination étroite avec la Commission diocésaine d’Art Sacré, en donnant des formations aux prêtres et aux laïcs, par des conférences, des rencontres, des expositions, la rédaction de notices documentaires, et des visites.

Le 4 juin dernier, plus de quarante participants ont pu découvrir, avec grand intérêt, six églises de la vallée de la Vingeanne (églises de Bèze, Champagne-sur-Vingeanne, Saint-Maurice-sur-Vingeanne, Jancigny, Saint-Sauveur, Orain) sous la direction de Mademoiselle Françoise Vignier, qui commenta, avec beaucoup de précision, l’histoire, l’architecture et le mobilier de ces monuments.

 

Une architecture au fil de l’histoire…

Sous l’ancien régime, trois de ces six églises étaient dans la province de Bourgogne, et trois dans celle de Champagne, mais toutes ont eu beaucoup à souffrir des invasions de 1513 et de 1636 : nombreuses destructions, et désertification des lieux.

La surface de deux de ces églises a été diminuée : celle de Bèze en 1760 pour faire passer une route, et celle de Saint-Sauveur car le bas-côté Sud. En effet, cette dernière disposait d’un prieuré bénédictin qui a été vendu comme Bien National à l’époque révolutionnaire.

Leur construction s’échelonne du XIIIème au XIXème siècle. La nef de l’église d’Orain a, par exemple, était édifiée entre 1831 et 1833 par l’architecte P. Fénéon. Ces églises, qui ont traversé les temps, sont de style unique, associant différentes époques et marquant le temps de tous les fidèles qui s’y sont, un jour, rassemblés.

La grande église de Saint-Maurice-sur-Vingeanne est classée monument historique depuis 1910, celles de Champagne-sur-Vingeanne d’un très beau style gothique flamboyant du XVème siècle, et celle de Jancigny du XIIIème sont classées à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Les maires de ces deux dernières communes, MM Michel de Broissia et Denis Jacquot, très soucieux de la conservation de leurs églises, nous y ont accueillis.

 

Des trésors inestimables …

La Vierge était partout présente à travers des statues réalisées depuis le XVème siècle. A noter, la spécificité de la Vierge de Miséricorde à Orain qui protège de petits personnages sous son manteau, ainsi que les peintures murales de la fin du Moyen âge à Champagne représentant les litanies de la Vierge dans son Immaculée Conception.

La petite église rurale de Jancigny a été desservie par l’abbé Louis Ladey, curé de Renève pendant une quarantaine d’années, depuis 1947, et secrétaire de la Commission diocésaine d’Art Sacré. Elle est un véritable petit musée d’art contemporain avec onze vitraux. La plupart sont non figuratifs, les esquisses ont été établies par le père dominicain Marie-Alain Couturier, les dessins par Marcelle Lecamp, et la réalisation par le maître verrier Marguerite Huré. Le Christ en croix en métal, dépôt du musée des arts décoratifs, a été sculpté par un prêtre ouvrier Jacques Riousse.

Rappelons aussi que Mgr Minnerath a rédigé une étude sur le statut juridique, la conservation et la mise en valeur de nos églises, publiée dans les Documents épiscopat n°2, 2009 sous le titre « Eglises de France », et que l’on peut lire sur le site de notre diocèse (Faire vivre nos églises).

 

Jean-François MINONZIO

Crédit photos : Père Jacques Delaborde