Don en Ligne
Messes et confessions
Trouver ma paroisse
Documents catéchétiques

Musique et christianisme à  la Providence

Le 14 juin dernier, la Chapelle de la Providence de Dijon accueillait le Père abbé de Cîteaux, dom Olivier Quenardel, l’Ensemble Joseph-Samson sous la direction de Jean-Louis Gand avec Frédéric Mayeur à l’orgue, sur le thème « Musique et Christianisme ». Une soirée d’enchantement pour l’auditoire.

Dom Olivier, érudit en matière de textes sacrés, mais aussi praticien (chantre pendant 15 ans à Cîteaux, compositeur avec Jean-Louis Gand d’un oratorio pour les 900 ans de l’abbaye…) a révélé le projet de Dieu comme un « projet d’enchantement pour le monde ».

Dans le Premier Moment de cette soirée, dom Olivier a exploré la Parole de Dieu et la Tradition de l’Eglise, en commençant par la fin, si on peut dire, l’Apocalypse qui nous révèle la fin de l’Homme et de la Création, en remontant l’histoire du salut et la trame de la pédagogie de l’Amour divin. La célébration de l’Amour qui est Dieu s’exprime par un « chant nouveau ».

Dans le Deuxième Moment, le Père abbé a détaillé la Constitution sur la Sainte Liturgie de Vatican II. Le Christ par son incarnation a introduit dans notre exil terrestre l’hymne qui se chante éternellement dans les demeures célestes. La source de l’enchantement du monde, c’est Jésus.

Dans le Troisième Moment, dom Olivier a exprimé sa reconnaissance au Père Jean-Marie Rolland qui l’a mis sur la piste de Joseph Samson, son œuvre chorale et ses livres :Paul Claudel, poète-musicien, On n’arrête pas l’homme qui chante, et surtout Musique et vie intérieure. Par la volonté du Créateur, l’homme, quel qu’il soit et d’où qu’il soit, est dans sa constitution même un être musical. Pour devenir qui tu es, non impedias musicam, n’empêche pas la musique de durer en toi. Cette affirmation de l’Homme-musique en soi animé par la Source-Christ entraîne pour Joseph Samson, et pour notre cher Père abbé, une nécessité d’estomper l’artificielle (et parfois déchirante) distinction entre profane et sacré. Quelqu’un parle à travers moi. Mais qui ? Dieu le sait. Dieu me tient par la main (Matisse). La musique est résonnance de Dieu en moi. Le concert est cérémonie, hommage rendu par le musicien aux auditeurs, par les auditeurs au musicien ; la musique atteste la Source ; elle rend grâce à Dieu. A travers Mozart, c’est le Dieu musicien que nous rejoignons. Il n’y a pas de musique chrétienne par nature, y compris le merveilleux grégorien. Il y a la Source primordiale, et l’adoption de formes musicales qui permettent d’étancher la soif de l’Homme pour Dieu, d’entrer en contemplation et relation. J. Samson : C’est sur le principe de prière, louange et chant en commun qu’est fondée l’Eglise ; chacun y apporte sa voix. Manquer à la charité : rompre le courant mélodique ; démailler l’harmonie ; déchirer le Corps de l’Eglise. Le chrétien : homo ecclesiasticus, musicus homo, Christus musicus…

Chaque Moment de parole était suivi, prolongé par l’Ensemble Joseph Samson dirigé par Jean-Louis Gand et accompagné par Frédéric Mayeur à l’orgue.

Une soirée d’enchantement qui restera gravée dans l’esprit et le cœur des auditeurs.

Jean-Louis Guérin

 

Vous pouvez recevoir le texte intégral du Révérend Père dom Olivier Quenardel en en faisant la demande par courriel à l’Association de Sauvegarde de la Providence.

Photos : © Marie-Dominique Trapet