Saint Bernard est revenu à Châtillon

En arrivant à Châtillon-sur-Seine, le père Houdart a découvert l’histoire du  Couvent des Feuillants bâti à l’emplacement de la maison des grands-parents paternels de saint Bernard où celui-ci vécu de 8 à 16 ans. Il s’étonna alors qu’il n’y ait pas de reliques à Châtillon.

Ayant réussi à en obtenir, le 10 mars, des chrétiens de nos quatre paroisses l’accompagnèrent pour les recevoir des mains de notre archevêque.

Après avoir « pèleriné » dans les lieux emblématiques de la vie de Bernard, elles sont arrivées à l’église de Molesme le samedi 7 octobre où un temps de prière a réuni 30 personnes. Accompagnées de 12 pèlerins, elles ont ensuite rejoint, « à dos d’homme » sur 13 km, les jeunes de l’aumônerie du Châtillonnais pour le repas.

   

   

Réunis pour leur journée de rentrée, ceux-ci ont continué la marche avec les pèlerins du matin, soit encore 11 km pour arriver à l’église Saint-Jean de Châtillon. Ils ont été rejoints par des paroissiens pour une messe concélébrée par le père Houdart, notre curé et le père Luwala, notre nouveau vicaire, messe suivie de la vénération des reliques.

Le dimanche 8 octobre, parties de l’église Saint-Jean, précédées les reliquaires et les bannières de nos quatre paroisses, suivies par nos deux prêtres, le diacre Michel Bayart, les élus locaux et la fanfare municipale, elles ont parcouru la ville. La procession fit un détour sur les lieux mêmes où Bernard a grandi, actuellement l’École Saint-Bernard, et où Dominique Masson, historien châtillonnais, rappela l’historique des lieux depuis saint Bernard.

        

Les reliques sont ensuite portées en procession dans l’église Saint-Vorles déjà en fête grâce aux chorales locales accompagnées de membres de la chorale diocésaine.

Le père Houdart accueillit l’assemblée nombreuse « réunie autour de Bernard qui rentre dans sa ville, celle de son enfance, celle de sa formation intellectuelle et spirituelle ; Bernard qui redonna un nouveau souffle à son époque et qui nous invite, encore aujourd’hui, à regarder la vie du monde autrement », « avec une vision positive » où « tout est grâce et occasion de grâce. »

   

À la fin de la messe, les reliques furent descendues dans la crypte-chapelle Saint-Bernard où chacun put se recueillir avant de partager le verre de l’amitié, offert par la municipalité, sur le parvis de l’église.

Marie-Claire Moissenet