Don en Ligne
Messes et confessions
Trouver ma paroisse
Documents catéchétiques

Dans tout le diocèse, des assemblées émues et priantes pour le Père Jacques Hamel

1636Depuis la nouvelle terrifiante de l’assassinat du Père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray le mardi 26 juillet, ce sont tous les chrétiens qui ont tenu à se réunir pour prier pour celui qui est mort sous les coups des terroristes mais aussi pour tous ceux qui l’entouraient, ses paroissiens et toutes les victimes du terrorisme.

Comme l’archevêque de Dijon l’avait demandé dans son communiqué, chaque paroisse a prié au cours des diverses célébrations pour notre pays et la paix dans le monde. Mais vendredi 29 juillet, à l’occasion de la journée de jeûne et de prière suggérée par le président de la Conférence des évêques de France, plusieurs célébrations ont eu lieu dans les paroisses du diocèse.

Comme cela a été rapporté par la presse locale, à Saint-Jean-de-Losne, c’est un chemin de croix qui a été l’occasion de prier pour le prêtre assassiné et les victimes du terrorisme. A Bligny-sur-Ouche et à Pontailler, c’est une messe qui a été célébrée à cette même intention. A Chatillon-sur-Seine, c’est une messe suivie d’une procession qui a été organisée.

A Dijon, c’est l’église Saint-Michel qui était comble pour un temps émouvant de célébration de la messe à laquelle plusieurs prêtres mais aussi des élus de diverses municipalités de l’agglomération dijonnaise et des conseils communautaires ainsi que des parlementaires et des représentants du conseil départemental ont participé.

Le vicaire général qui présidait cette célébration a accueilli en rappelant que cet événement douloureux pour l’Eglise Catholique nous rend encore plus proches de tous ceux qui sont persécutés pour leur foi depuis plus longtemps, comme les chrétiens d’Orient, du Nigeria ou de tant d‘autres pays.

Dans son homélie, le Père Bernard Card a rappelé que « nous sommes venus demander au Seigneur la grâce de résister à la tentation de l’amalgame, de la colère, de la vengeance, tous ces poisons mortifères, qui empêchent la vie » et a invité à « être d’inlassables serviteurs de la paix, de la fraternité, de la solidarité, du dialogue et du partage. »

Au terme de la messe, malgré la tristesse, tous ont pu repartir en recevant la mission d’être toujours des artisans de paix.

 

Photos M.A. Trapet