Bligny-sur-Ouche a fêté saint Sébastien

1491La confrérie Saint-Sébastien de Bligny-sur-Ouche a une double origine : une compagnie d’archers, avec un rôle défensif, qui remonte au Moyen-Âge, et une société de secours mutuel datant du XIXème siècle. Mais elle a un seul idéal de solidarité et de fraternité, en application des principes de l’Evangile, et de la devise « faire fidèle devoir ».

Cette entraide, toujours vécue de manière très active dans la haute vallée de l’Ouche, s’ouvre aux dimensions de l’Eglise universelle : la confrérie contribue à offrir un véhicule 4×4 à un prêtre de la République Démocratique du Congo, le père Paul Kitoko, qui vient rendre des services dans la paroisse pendant les mois d’été.

La journée du 16 janvier s’est déroulée selon le rituel traditionnel. D’abord, le 328ème chapitre solennel, dans la vaste salle de la mairie, avec la récitation du symbole des apôtres par la nombreuse assemblée, l’allocution du supérieur Pascal Gérard, et l’hommage rendu aux morts.

Le directeur, le père Yves Grosjean, curé de la paroisse, a présenté le sens des symboles de la confrérie : la croix, le vin, le sel et l’eau. Une quinzaine de nouveaux confrères ont été reçus. Jean-Christophe Garandeau, chargé de mission à l’archevêché, a été porte-parole des impétrants, en prononçant une allocution sur le thème de la miséricorde, très adapté à la vocation de la confrérie (voir fichier PDF ci-dessous). Il a annoncé un pèlerinage à Rome du 9 au 13 mai qu’il co-animera avec le père Raymond Baud, sur les traces de saint Sébastien, mort à Rome en martyr, et co-patron de la ville éternelle.

La matinée s’est poursuivie par le cortège vers l’église Saint-Germain, où a eu lieu la messe d’une grande ferveur grâce à l’homélie du père Denis Marion, à la chorale et à l’organiste, Peter Hammer.

Après le banquet convivial, l’assemblée est revenue à l’église pour les vêpres.

                                               Jean-François Minonzio

Photos : © Maguy Minonzio