Immersion dans une retraite ALPHA à Fain-lès-Moutiers

Chaque semaine, le rituel est le même, un dîner suivi d’un topo, puis d’un temps de réflexion et de partage. Les parcours ALPHA proposent depuis 20 ans des rencontres conviviales et respectueuses à tous les chercheurs de sens. Les participants sont issus de tous les milieux, certains désirent approfondir leurs questionnements, d’autres sont déjà bien ancrés dans la Foi, d’autres encore se disent en périphérie, blessés, déçus parfois, divorcés, remariés.

En Côte-d’Or les parcours sont coordonnés par Véronique de Saint-Léger. Elle incarne avec brio la tonalité de ces rencontres : écoute, respect, et, action !

Car une fois désencombrés de bien d’interrogations pas toujours si complexes, à l’issue du parcours, chacune, chacun, se re-met en mouvement pour un chemin de Vie et de Foi plus personnel et fructueux. Véronique et son équipe encouragent, impulsent, toujours avec délicatesse et intelligence afin que chacun s’exprime selon ce qu’il est. Liberté.

Le week-end dernier (7-8 mai) une vingtaine de personnes âgées de 25 à 80 ans assistaient à la retraite annuelle à l’accueil Sainte-Catherine Labouré à Fain-les-Moutiers. Un clair moment de partage et de joie à mi-parcours d’un chemin entrepris au sein de la  paroisse Sainte-Chantal de Dijon.

Le père Augustin PASCAL proposait un enseignement sur le thème de l’Esprit Saint, et se tenait à l’écoute de qui souhaitait s’entretenir avec lui.

Dans la paisible maison d’enfance de Catherine Labouré, il flottait un air qui ne trompe pas. Echanges sincères, écoutes, paroles éclairantes et prières…

Quel endroit ! On songe à l’effervescence et à la foule se pressant sans discontinuer rue du Bac à Paris à la Chapelle de la médaille miraculeuse ; et l’on se sent chanceux de se retrouver au nord de la Côte d’Or dans ce petit village où naquit le 2 mai 1806, celle qui allait devenir Sainte. Et dont les médailles miraculeuses sont portées par des milliers de personnes à travers le monde.

Il faut ressentir la quiétude et la simplicité des lieux et la gentillesse des sœurs. Ah le sourire de sœur Anne-Marie, la cuisine délicieuse et le service attentionné de toutes celles qui œuvrent en coulisses…! Un espace où nourritures terrestres et spirituelles s’alignent harmonieusement et le plus simplement du monde.

L’évangile au quotidien.

L’œuvre de l’Esprit. Cet Esprit dont le Père Augustin Pascal rappelle qu’il est cette différence fondamentale entre le chrétien qui essaie de vivre et le chrétien qui vit…

Après la messe, tous les participants ont porté en procession leurs intentions de prières dans le berceau de la Sainte.

Une journée sur la terre comme au Ciel …

Marie Raulin