la phase diocésaine du Synode 2023 : et maintenant, que faisons-nous ?

Ce dimanche 17 octobre 2021, Mgr Roland Minnerath a ouvert, en sa cathédrale, la phase diocésaine de préparation du synode des évêques sur la synodalité dont le pape François a annoncé la tenue en 2023. Le thème en sera : « Pour une Église synodale : communion, participation et mission ». Ce thème est cher à notre archevêque puisqu’il l’avait choisi pour sa lettre pastorale d’Avent 2017.

Mgr Minnerath nous a invités à entrer dans ce processus synodal.

« La synodalité, c’est marcher ensemble, ne pas se contenter de faire du sur place, ne pas considérer l’Église comme une organisation bien en place – en fait de moins en moins – et qui ne pense qu’à ses petites affaires internes en oubliant la mission qui lui a été confiée d’annoncer l’Évangile, de porter en tous lieux la Parole du Christ qui sauve ». L’assemblée a été invitée à participer à la réflexion engagée sur la vie de notre Église et sur son toujours nécessaire renouvellement. « La synodalité, c’est la prise de conscience de ce que tous, nous avons une mission dans l’Église ».

MAT

photos ©MAT

Maintenant, la parole est à tous !

Nous avons le questionnaire qui est à notre disposition sur ce lien ==> La consultation du peuple de Dieu

Voici les indications proposées par le père Raoul Mutin, référent diocésain pour synode 2023.

En convoquant ce synode, le pape François invite toute l’Église à réfléchir sur un thème décisif pour sa vie et sa mission : « c’est précisément ce chemin de synodalité que Dieu attend de l’Eglise du troisième millénaire. » « Notre « marche ensemble » est, de fait, ce qui réalise et manifeste le plus la nature de l’Eglise comme peuple de Dieu pèlerin et missionnaire. » (Document préparatoire, 1)

« Une question de fond nous pousse et nous guide : comment se réalise aujourd’hui, à différents niveaux (du niveau local au niveau universel) ce « marcher ensemble » qui permet à l’Église d’annoncer l’Evangile, […] ; et quels pas de plus l’Esprit nous invite-t-il à poser pour grandir comme Eglise synodale ? » (Document préparatoire 2)

Affronter ensemble cette question exige de se mettre à l’écoute de l’Esprit-Saint qui, comme le vent, « souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. » (Jn 3,8) en restant ouverts aux surprises qu’il prédisposera certainement pour nous au long du chemin.

Le processus synodal est d’abord et avant tout un processus spirituel.

ÉCOUTE, DISCERNEMENT, PARTICIPATION.

L’Écoute synodale est orientée vers le discernement. Elle nous demande d’apprendre et d’exercer l’art du discernement.

  • Nous nous écoutons les uns les autres ;
  • Nous écoutons notre tradition de foi et les signes des temps ;
  • Afin de discerner ce que Dieu nous dit à tous.

Recommandations pour l’organisation d’une rencontre de consultation synodale

⇒ Il est préférable de traiter un petit nombre de sujets en profondeur plutôt qu’un grand nombre de sujets qui n’apporteraient que des réponses superficielles.

⇒ La question fondamentale :

Une Église en Synode doit « marcher ensemble » dans l’annonce de l’Évangile : est-ce bien le cas, aujourd’hui, dans votre Église locale ?

Qu’est-ce que l’Esprit-Saint nous suggère pour mieux « marcher ensemble » ? (Document préparatoire 26).

    • Faire une relecture de nos expériences ;
    • Quelles joies ? quelles difficultés ? quels obstacles ?
    • Quelles intuitions ont-elles suscité ?

⇒ Le souffle de l’Esprit-Saint s’est-il fait sentir dans ces expériences ? Que nous suggère l’Esprit-Saint ?

On pourra accorder une grande importance à la prière communautaire et à la liturgie. L’écoute réciproque repose sur l’écoute de la Parole de Dieu et de l’Esprit-Saint. On peut demander à Dieu de guider et d’inspirer les participants, afin qu’ils approfondissent l’esprit de communion entre eux.

UN OUTIL PROPOSE : LA MÉTHODE DU DIALOGUE SPIRITUEL.

On veillera à utiliser une méthode adéquate pour que le dialogue du groupe reflète les principes de la synodalité. La méthode du « dialogue spirituel », par exemple, à partir de groupes de 6-7 personnes, facilité à la fois la participation active, l’écoute attentive, le discours réflexif et le discernement spirituel. Cette méthode se déroule sur un créneau d’une heure et en trois parties.

Dans la première partie, les participants font part, l’un après l’autre, des fruits de leur prière personnelle sur les questions évoquées ; aucun dialogue n’est prévu lors de cette première partie : les participants écoutent attentivement chaque intervenant, et se demandent comment l’Esprit-Saint est en train d’agir en eux, dans la personne qui parle et dans l’ensemble du groupe. Suit un temps de silence pour observer les motions intérieures de chacun.

Dans la deuxième partie, les participants échangent sur ce qui les a interpellés dans la première partie et pendant le temps de silence qui a suivi ; un dialogue est possible mais en s’efforçant de rester concentrés. Un deuxième temps de silence vient ensuite.

Dans la troisième partie, les participants évoquent ce qui les a marqués personnellement et plus profondément, et font part d’éventuelles nouvelles intuitions et questions qui n’ont pas encore trouvé de réponse. Des prières spontanées d’action de grâce peuvent conclure cette phase de dialogue. De manière générale, chaque groupe devra choisir un modérateur et un secrétaire pour la prise de notes.

Une fois cette phase terminée, les participants sont invités à relire et à partager leur expérience au sein de leur groupe : en quoi a-t-elle consisté, les points positifs et les points négatifs, les nouveautés perçues, les apports du style synodal, la présence spirituelle et active de Dieu pendant ce temps passé ensemble ?

Les participants se mettront ensuite d’accord sur ce qui doit être remonté à l’équipe organisatrice.

Tous les participants pourront alors se réunir pour conclure cette rencontre. Un représentant de chaque groupe fera brièvement part de l’expérience recueillie.