Visite d’un évêque Érythréen à la paroisse du Sacré-Cœur de Dijon

Samedi dernier 9 octobre 2021 dans la crypte du Sacré-Cœur, j’ai eu la joie de concélébrer avec Mgr Tsalim, le visiteur apostolique Érythréen et le père Jean-Marie Humeau de l’ordinariat des catholiques  des Églises orientales en France.

La liturgie est de rite guèze (une variante très ancienne du rite copte), mais la prédication est en tigrinya, une des langues que comprennent tous les catholiques Érythréens présents. Les femmes étaient vêtues du costume traditionnel dont elles portent des éléments même lorsqu’elles viennent à la messe latine paroissiale le dimanche matin.

La grande question est pour eux la présence d’un prêtre célébrant dans leur rite pour desservir la France. Ils en discutèrent longuement pendant le repas qui suivi la messe avant que tous repartent, les uns à Paris, les autres à Lyon ou même Annecy pour une famille.

En Érythrée, les chrétiens qui représentent la moitié de la population sont persécutés, un peu moins les catholiques que les orthodoxes dont le patriarche est en prison depuis 15 ans. La méthode consiste à envoyer au service militaire les prêtres sachant que ce service n’a pas vraiment de limite dans la durée. C’est pourquoi beaucoup émigrent un peu partout dans le monde. Nous les aidons à maintenir la richesse de leur rite.

Père Jean Lamblot,

curé de la paroisse Dijon Sacré-Coeur/Saint-Jean Bosco.