« J’ai voulu redonner ce que j’avais reçu »

Nicolas Bellissimo, 25 ans, est permanent du mouvement Jeunesse ouvrière chrétienne (Joc) pour la Bourgogne Franche-Comté.

Il explique : « Je suis engagé au sein de la Joc depuis que j’ai 15 ans, juste après ma confirmation. J’étais à l’époque lycéen en Moselle. C’est une amie qui m’a présenté le mouvement. J’ai tout de suite accroché. »

Après le bac, Nicolas suit des études d’ingénieur à Grenoble, et il continue de s’engager au sein du mouvement. C’est une fois diplômé que la question de son avenir se pose à lui : travailler, poursuivre ses études ? Il raconte : « A ce moment là, j’ai reçu un appel pour devenir permanent sur la région Champagne-Ardennes. Puis, cette année, j’ai de nouveau été appelé pour remplir le même rôle, en Bourgogne Franche-Comté cette fois. »

Une « révision de vie » en équipe

Le jeune permanent ajoute : « J’ai voulu répondre à cet appel pour apporter des choses au mouvement, et aussi pour pouvoir redonner ce que j’avais moi-même reçu… »

Ce qui a séduit Nicolas, c’est la « confiance » qu’on lui a apportée, à travers les responsabilités qu’on lui a confiées.

Quand on lui demande d’expliquer ce qu’est la Joc en quelques mots, il indique : « La première proposition, au sein de la Joc, est de se réunir en équipe avec un accompagnateur, et on fait ce qu’on appelle une « révision de vie » à travers une méthode qui se résume en trois mots : voir, juger et agir. On dresse tout d’abord un constat, puis on fait une analyse, parfois à la lumière d’un texte de l’Evangile et enfin on s’interroge sur la manière dont notre regard évolue, vers quoi nous sommes envoyés… »

Une enquête sur la liberté de choix des jeunes

Nicolas poursuit : « On découvre le militantisme à travers différentes thématiques. On va à la rencontre des jeunes, on leur donne la parole. C’est nous, les jeunes, qui sommes acteurs et responsables, et qui nous organisons en conséquence. »

Actuellement, la région Bourgogne Franche-Comté compte une soixantaine de jeunes « réguliers », qui participent aux manifestations et qui se retrouvent en équipe. Une soixantaine d’autres jeunes, les « rejoints », participent moins régulièrement aux activités de la Joc.

« En plus des rencontres en équipe, régulières, quelques dates sont prévues : un ciné-débat le 16 décembre, une exposition le 19 janvier prochain autour du thème d’année, qui est « Traçons nos vies ». Par ailleurs, une enquête sur la réussite et la liberté de choix des jeunes sera lancée en mars prochain. Nous la distribuerons à un maximum de jeunes possible. Enfin, une formation de trois jours est proposée chaque année aux « Jocistes ». La dernière a eu lieu il y a quelques jours. », conclut Nicolas.

Pour plus de renseignements sur la Joc, cliquez ici.