Dîner-débat sur la vie d’Anne de Xainctonge

Encore une soirée dîner-débat bien passionnante à la maison paroissiale de Saint-Jean-de-Losne, lieu symbolique dans la vie de Anne de Xainctonge, fondatrice des sœurs de Sainte Ursule. Elle s’est arrêtée là pour passer la nuit à un tournant de sa vie, quand elle quitte Dijon et sa famille après un douloureux discernement, pour répondre à l’appel de Dieu et suivre sa vocation. Nous sommes fin 16ème, dans le contexte des guerres de religion et Dijon est ravagée par les oppositions mais passer la Saône, c’est entrer en terre espagnole, pays ennemi avec tous les risques et une hostilité latente. Anne est décidée surtout qu’un second élément déterminant l’a rendue encore plus sensible au fait que beaucoup de femmes et de jeunes filles ne savent ni lire ni écrire : la mise au point de l’imprimerie inaugurant la diffusion du livre imprimé. C’est à Dole qu’en une dizaine d’années, elle commence très modestement à réaliser son projet. Avec dignité, calme, audace modération et courage…et une seule soumission : à DIEU ! Il y a aujourd’hui des sœurs en Côte d’ivoire, au Congo, au Tchad, en Afrique du Sud, aux Etats-Unis, en Inde surtout avec 130 sœurs.

C’est surtout une éducatrice qui cherche constamment comment permettre à toute personne de déployer, de développer tout le potentiel qui est en elle pour le mettre au service des autres. Son charisme s’exprime encore aujourd’hui dans l’enseignement mais pas que ; en pastoral, social, association, formation…. Le souci actuel est de ne pas laisser perdre ce génie, cette « marque déposée » unique, spécifique qui a un goût de modernité intemporelle et qui rejoint si bien le sens profond de toute vie chrétienne : permettre à tout jeune de trouver sa place et pouvoir donner le meilleur de lui-même dans le monde qui est le sien.

Sœur Jacqueline et Sœur Colette ont témoigné de leur parcours après nous avoir présenté un montage audiovisuel réalisé par leurs sœurs de Suisse mais ont aussi concrétisé leur propos avec différentes initiatives comme par exemple :

s’impliquer dans la recherche sur le numérique et mettre l’ordinateur au service de la pédagogie ; C’est un défi actuel majeur qu’il faut aborder avec en même temps une nécessaire sympathie et la non moins nécessaire distance critique ! d’où l’idée très appréciable de l’enregistrement sonore de la dictée permettant à chaque élève de pouvoir la faire à son propre rythme ! Que l’ordinateur ne fasse pas perdre la dimension interactive mais aussi accompagner l’élève dans son rapport à l’outil.

– réalisation autour d’un thème : « comment le voyage me transforme ? » où les jeunes ont fait une marche et toutes sortes de recherches et d’exercices sur les pas de la fondatrice (ou comment faire des choses qui tiennent à cœur au cœur même du programme de l’éducation nationale )

en pastorale autour d’une question, au cœur d’un christianisme en position de retrait, qu’est-ce qui va manquer à un jeune qui n’a jamais entendu parler du Christ ? Quel message d’espérance et comment permettre à chacun de découvrir ce qui est vraiment important pour une vie vraiment humaine ?

exposition en 12 tableaux Play-mobiles qui sera visible en mars à l’église Notre-Dame. Il est possible de voir des photos et écouter le commentaire sur www.fondationadx.fr (évènement)

Chacun a mieux compris qu’il y avait là une illustration efficace, résumée par le père Alain : « Il faut accepter souvent de changer de manière de vivre, de fonctionner…. L’inverse en tout cas du « on a toujours fait comme ça !  » »

Le temps passe trop vite, il a fallu se quitter avec un sentiment de paix et de gratitude après une prière partagée. MERCI

Dominique et René GIGLEUX