Homélie des obsèques du père Jacques Voillery

© M. Lamps

Ce jeudi 26 décembre 2019, sa famille, quelques amis, le vicaire général et une vingtaine de prêtres se sont rassemblés à la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon pour célébrer les obsèques du Père Jacques Voillery, décédé jeudi dernier à l’hôpital de Champmaillot à Dijon.

Celui qui avait tant marqué par son sourire a ainsi été accompagné par la prière de ceux qui ont connu cet homme si attachant. Au cours de cette célébration animée par les chantres de la paroisse et le grand orgue de la cathédrale tenu par l’organiste co-titulaire, la famille venue pour une part de Norvège a tenu aussi à chanter un chant religieux en Norvégien particulièrement émouvant.

Il a été rappelé au début de la célébration l’enfance de Jacques Voillery : fils de diplomate, il a séjourné en Pologne d’abord, puis à La Haye (aux Pays-Bas), à Paris, à Reykjavik (en Islande). Son père ayant rejoint la France Libre et le général de Gaulle en 1941, Jacques a dû aller se réfugier en Angleterre : à Londres d’abord, puis ensuite au nord, à la frontière écossaise. Ce fut pour lui des années d’une grande solitude, loin de sa famille. Il entreprit ensuite des années de médecine à la faculté de médecine de Dijon durant 3 années avant de choisir d’aller au séminaire à Issy-les-Moulineaux puis au séminaire français de Rome.

Si le Père Jacques Voillery n’a pas exercé très longtemps son ministère en paroisse, il a cependant beaucoup marqué par sa disponibilité. Le Père Bernard Card dans l’homélie qu’il a prononcée au cours des obsèques a ainsi pu rappeler tout ce qu’il avait connu de Jacques : son sens du service, son sourire, son attention aux autres.

 

Le texte de cette homélie est disponible dans ce document pdf en cliquant ici.

C’est au cimetière de Nolay, dans le caveau familial, que le Père Jacques Voillery a souhaité être inhumé.

 

(Homélie pour les obsèques du Père Jacques VOILLERY)

C’est après quelques semaines d’hospitalisation que le Père Jacques Voillery est décédé, au soir du jeudi 19 décembre.

Né à Montmorency en 1928, fils de diplomate, Jacques Voillery a séjourné dans différents pays avec ses parents. Ce sont d’abord des études de médecine qu’il a suivies avant de devenir séminariste à Rome et être ordonné prêtre du diocèse de Dijon en 1960.

C’est d’abord à la paroisse de Précy-sous-Thil qu’il a été vicaire pendant une année avant d’être nommé vicaire pour la paroisse de Semur-en-Auxois pendant deux ans,  puis à la paroisse de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon durant cinq années.

En 1968, comme certains de ses confrères, Jacques Voillery a choisi d’être un prêtre au travail en acceptant des emplois divers, durant une vingtaine d’années.

Chauffeur de Monseigneur Coloni

En 1989, c’est une mission bien particulière qu’il a reçue puisqu’il est alors devenu le chauffeur de l’évêque de Dijon, Mgr Michel Coloni. Ensemble, ils ont sillonné toutes les routes de la Côte-d’Or pour rencontrer des confirmands et célébrer les confirmations, visiter les prêtres et les paroisses, en permettant à l’évêque de se rendre partout où il était attendu.

Evidemment, durant toute cette période, le Père Jacques Voilley a aussi rendu de multiples services dans diverses paroisses.

Les obsèques auront lieu jeudi

C’est en 2015 qu’il a choisi de rejoindre la maison du clergé puis la résidence Notre-Dame de la Visitation où il a continué à rendre encore beaucoup de services tant que sa santé lui a permis. Discret mais n’oubliant jamais de dire sa reconnaissance à tous ceux qu’il rencontrait, il a témoigné jusqu’au bout de sa foi.

Ses obsèques auront lieu le jeudi 26 décembre à 10h en la cathédrale Saint-Bénigne et il sera inhumé le même jour dans le caveau familial à Nolay (21).