Judicaël Mitokpey ordonné diacre ce dimanche 10 octobre

Le Dimanche 10 octobre, vous allez être ordonné diacre en vue du ministère presbytéral. Judicaël, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis né à Cotonou au Bénin en 1989, le 6ème d’une famille de 7 enfants. En authentiques chrétiens, mes parents nous ont éduqués dans la foi. Le Seigneur a visité notre famille par trois fois, appelant deux de mes frères à le suivre dans une consécration religieuse, et moi en dernier. Je rejoins le saint Pape Jean-Paul II qui disait que toute vocation est un don et un mystère. De mémoire, j’ai pu percevoir les premiers signes de mon appel quand j’étais au collège catholique et dans la Jeunesse Etudiante Catholique JEC.  Ces lieux furent pour moi, de véritables ponts entre la petite église domestique où j’avais découvert la foi et la grande communauté en marche que constitue l’Eglise elle-même. Une récollection à l’intention des jeunes, un enseignement sur la lectio divina (méditation individuelle d’un passage d’évangile suivie d’un temps de contemplation, de cœur à cœur dans l’oraison devant le Seigneur), un temps de pratique, et me voici reparti avec une idée qui ne m’avait jamais habité auparavant : Jésus me demande de devenir prêtre. En tout cas, il me semble que c’est ce qu’il veut de moi.

Vous êtes alors rentré au Séminaire ?

Désireux de répondre à l’appel à devenir prêtre, qui s’est précisé dans l’accompagnement spirituel que m’ont offert les prêtres de mon lycée, je fis mon entrée en propédeutique pour approfondir mon discernement. Puis le séminaire m’ouvrit ses portes. Deux années d’études philosophiques suivies d’une année d’expérience pastorale et trois années d’études théologiques ont joyeusement affermi mes pas et porter ma marche vers l’autel du Seigneur. Mais ce cheminement s’est arrêté en 2017 lorsque certaines circonstances m’ont conduit à suspendre ma formation au séminaire. Quand je repense à ce temps d’incertitude, je prends la mesure de la parole du Seigneur en Siracide 2,1 : « Mon fils, si tu viens te mettre au service du Seigneur, prépare-toi à subir l’épreuve ».

Comment êtes-vous arrivé à Dijon ?

Après un temps de discernement qui dura une année scolaire, je fis le projet de reprendre des études supérieures en psychologie. L’université de Bourgogne accepta mon projet et je devins « dijonnais ». J’y ai fait une licence en psychologie. Pendant ce temps d’étude, j’ai continué à mûrir mon projet de vie. A la paroisse du Sacré-Cœur de Dijon, où je logeais dans une chambre étudiante, j’ai trouvé un cadre propice à la découverte de la réalité pastorale et paroissiale en France. Je rendais divers services à la paroisse et fréquentais l’aumônerie universitaire. Je pus même participer aux JMJ de Janvier 2019 au Panama comme volontaire. Je pense qu’à travers ces événements, le Seigneur m’a progressivement conduit à prendre la mesure et l’importance de la mission dans la vie de l’Eglise. J’ai réalisé avec quelle profondeur dans la charité, les missionnaires ont donné leur vie pour l’annonce de l’Evangile sur des terres loin des leurs. Leur exemple et leur manière d’incarner la mission de l’Eglise peuvent nous inspirer encore aujourd’hui. C’est la raison pour laquelle j’ai porté à notre archevêque, mon désir de répondre à l’appel du Seigneur en  Le servant dans le diocèse de Dijon. Je pense avoir trouvé dans cette voie missionnaire, le sens particulier de ma vocation. Toujours accueilli par la paroisse du Sacré-Cœur, j’ai alors repris des études de théologie à la faculté de théologie de Strasbourg et de philosophie à l’université de Dijon.

Depuis septembre 2020, j’ai  la très grande chance d’être accueilli dans la communauté des Pères de l’oratoire de Dijon, pour y vivre pendant deux années, comme stagiaire à la paroisse Saint-Paul – Sainte Jeanne d’Arc et à l’aumônerie universitaire du CCU. Le style de vie sacerdotale et le rythme communautaire des pères de cette communauté m’auront préparé très sérieusement à accueillir l’appel au diaconat que j’ai reçu de la part de l’Eglise, à travers la personne de l’évêque. Les expériences que j’ai pu faire en une année de stage, au CCU d’une part, en étant membre de la « conférence saint-Vincent de Paul jeunes », en préparant quelques étudiants au sacrement de la confirmation, en participant de façon générale à la vie de l’aumônerie universitaire, et d’autre part en prenant une part active dans la vie de la paroisse, m’ont beaucoup apporté personnellement et m’ont mis au diapason des attentes et des aspirations du peuple de Dieu dans la diversité des personnes qui le constituent.

Comment avez-vous accueilli cette nouvelle de votre ordination diaconale ?

C’est une grande grâce de recevoir l’ordination diaconale. Je me sens tout petit devant la grandeur de cet appel. Mais je l’accueille comme une invitation à ouvrir toutes grandes les portes au Seigneur et à lui faire confiance. C’est Lui qui en premier me fait confiance à travers son Eglise. Par  cette ordination, c’est Jésus qui s’est fait serviteur, qui me configurera à Lui. Cela représente pour moi quelque chose d’inouïe et de profondément grand ; un appel supplémentaire à entrer dans le plan de Dieu et à s’abandonner à Lui qui, depuis toujours, fait tout pour moi. Je désire m’effacer complètement et le laisser vivre en moi, pour être au milieu de tous, celui qui sert. L’ordination représente à mes yeux, une marque de consécration pour être au service de l’Eglise, pour être tout à tous dans la charité et la vérité. Je vous demande de prier pour moi.

 

Judicaël MITOKPEY sera ordonné diacre en vue du ministère presbytéral le dimanche 10 octobre à 15h30 en l’église Saint-Paul de Dijon (55, rue Clément-Janin 21000 Dijon)