Père Maurice Thirault : « Le service, c’est vraiment cela qui compte »

Le père Maurice Thirault, curé des paroisses de Saulieu et de Liernais, va prendre sa retraite dans quelques jours. Présent dans le Morvan depuis 2012, il évoque les paroisses qu’il va bientôt quitter: « Je me suis très vite bien senti ici. J’ai été séduit par la proximité amicale des gens, le caractère du Morvan. Ces deux paroisses forment une grande famille !

Le bassin de vie est vieillissant (on compte 100 à 120 obsèques par an, Ndlr), les paroisses le sont aussi, mais elles n’en sont pas moins fidèles et mobilisées. Les personnes âgées vont au bout de leur engagement, notamment pour ce qui est des équipes funérailles.

Dans cette région de Saulieu et de Liernais, il y a une grande précarité, les gens vivent avec très peu, mais les gens se serrent les coudes. Tout rassemblement paroissial est un événement important, qu’il s’agisse des différents sacrements ou des fêtes patronales… On a assez peu de paroissiens l’hiver mais l’été, beaucoup de familles, en vacances dans des résidences secondaires du secteur, viennent à la messe. »

« Il faut que les gens repartent de nos églises heureux ! »

Au moment de quitter la cure de Saulieu, le père Maurice avoue ressentir « un peu de nostalgie ». Il précise : « Cette nostalgie est atténuée par le fait de m’installer à Précy-sous-Thil. J’aurais pu aller à Dijon mais j’ai préféré rester dans le rural. »

Lorsqu’on lui demande ce qui a marqué sa vie de curé, il répond : « Le service, c’est vraiment cela qui compte. Ce qui m’intéresse par ailleurs, c’est la rencontre des gens. Pour moi, l’enjeu de l’Eglise de demain, ce n’est pas de faire nombre, c’est de faire signe ! Il faut que les gens qui rentrent dans nos églises se sentent accueillis, et qu’ils repartent heureux. »

Evangéliser par l’accueil

Il poursuit : « Quand je regarde en arrière, je me rends compte que je ne regrette rien de ce que j’ai fait. Après 12 ans passés sur la paroisse St-Paul/Longvic/Neuilly, où j’ai découvert l’action catholique, j’ai passé 12 ans à Saint-Joseph, puis 5 ans au Sacré-Coeur. Ce n’est qu’ensuite que j’ai rejoint le rural, avec la paroisse de Semur-en-Auxois, où je suis resté 10 ans, avant de rejoindre Saulieu. Ces dernières années, il y a eu plusieurs temps forts, notamment les 900 ans de la basilique Saint-Andoche, où on a expérimenté une nouvelle manière d’évangéliser, en accueillant les nombreux visiteurs… »

Deux messes d’action de grâces vont être célébrées pour dire au revoir et merci au père Maurice Thirault : le 30 août à Liernais et le 20 septembre à Saulieu