Comment se confesser dans les semaines qui viennent ?

En raison du confinement actuel, confesser ses péchés est difficilement possible, une confession exigeant une proximité physique entre le prêtre et le “pénitent”. Ce qui est difficilement compatible avec les fameux “gestes barrières” préconisés par les autorités sanitaires.

Ceci étant dit, il est tout de même possible de vivre le pardon même sans aller, dans l’immédiat, trouver un prêtre.

« Impossibilité physique ou morale »

L’Église enseigne que « la confession individuelle et intégrale suivie de l’absolution demeure le seul mode ordinaire par lequel les fidèles se réconcilient avec Dieu et l’Église, sauf si une impossibilité physique ou morale dispense d’une telle confession » (CEC n° 1484).

La situation actuelle représente une réelle « impossibilité physique ou morale », puisqu’il nous est demandé de réduire drastiquement les contacts afin d’éviter d’exposer les personnes au virus.

Deux exigences à respecter

Parce qu’il n’est pas possible de confesser ses péchés à un prêtre, il faut respecter deux exigences : le regret sincère de ses péchés, mêmes mortels, en demandant le pardon à Dieu dans la prière, et la ferme résolution de recourir, dès que cela sera possible, à la confession sacramentelle.

Si ces deux conditions sont remplies, votre cœur pourra être dans la paix !

Ci-dessous, une allocution du Pape sur le sujet de la confession en période de confinement :

Thème développé sur le site d’Aleteia