Spiritisme, médiums, magnétiseurs : comment discerner ?

Ce jeudi 23 janvier à 20h30, une conférence du cycle « J’ai la foi, quelles conséquences dans ma vie ? » sera donnée à la paroisse Dijon Saint-Bernard par le père Emmanuel Dumont, prêtre exorciste, sur le thème :

« Esotérisme, chamanisme, spiritisme, médiums, magnétiseurs, techniques de bien-être ? Comment discerner ? Quels repères ? »

A la veille de cette conférence, le père Dumont répond à nos questions…

Pouvez-vous nous donner les raisons qui vous ont poussé à donner une conférence sur les sciences occultes ?

« En tant que prêtre exorciste, je suis amené à rencontrer des personnes qui comme la plupart des Français maintenant, ont recours à des pratiques de type thérapeutiques alternatives, qui vont mettre en œuvre des énergies, des entités parfois. Ces pratiques vont avoir une incidence sur leur corps et leur psychisme, mais aussi sur leur vie spirituelle. Et à ce titre là, on est bien obligé de faire un discernement, afin de savoir si cette influence est positive ou négative, et que faire si c’est négatif. Il m’arrive régulièrement d’aider ces personnes à se libérer de ce qui est de l’ordre d’une emprise, suite à une de ces « consultations » ou pratiques. »

Certaines pratiques empruntent des termes qui se veulent rassurants mais restent flous. Est-ce volontaire ou pas ?

« Ces termes sont utilisés par les gens qui viennent me voir : il faut vérifier ce dont il s’agit réellement et opérer un réel discernement. Que ce soit pour des pratiques thérapeutiques ou des pratiques qui sont liées à des spiritualités non chrétiennes, comme les philosophies orientales ou des spiritualités néo-païennes comme le druidisme. Parfois, on a affaire à de la sorcellerie qui est de plus en plus présentée comme quelque chose de « culturel », y compris par des membres du gouvernement… »

Pourquoi les gens s’aventurent sur ce genre de terrain ?

« Si l’on prend le cas d’un magnétiseur ou d’un coupeur de feu, il s’agit de pratiques de guérison, en tout cas qui sont présentées comme telles. Dans les campagnes, mais aussi dans les petites villes, on trouve de ces « guérisseurs » un peu partout. Des catholiques les fréquentent aussi, qu’il s’agisse de ministres ordonnés ou de simples fidèles… »

« L’imprudence est liée au fait qu’il n’y a pas de recul sur ces pratiques en dehors de

quelques mises en garde sur les emprises sectaires »

Y vont-ils par ignorance ou par imprudence ?

« Il y a deux choses qui freinent le discernement. La première c’est que ces magnétiseurs et autres praticiens ont été recommandés, par bouche à oreille ou parce qu’ils sont sur la place publique. Deuxièmement, si cette pratique fait du bien, pourquoi est-ce que ça pourrait porter à conséquence ? Pour bon nombre de personnes, à partir du moment où ça fait du bien, physiquement ou psychiquement, ça ne peut pas venir d’autre part que de la bonne nature ou du Bon Dieu… Pour la plupart, le souci, c’est l’efficacité. Il recherche des pratiques qui vont résoudre leurs problèmes le plus rapidement possible. Si on leur propose quelques chose qui fonctionne assez efficacement, ils vont y aller et sans se poser trop de questions, à moins qu’ils aient des doutes. Ensuite, l’imprudence est liée au fait qu’il n’y a pas de recul ou de discours en dehors de quelques mises en garde sur les emprises sectaires.. Dans l’ensemble, y compris dans l’Eglise, il y a peu ou pas de discours alternatifs ! D’autant plus que la médecine officielle n’hésite pas à recommander des coupeurs de feu, par moments. Les frontières entre la médecine et les pratiques occultes étant de plus en plus floues, c’est normal que les gens ne réfléchissent pas plus, si on ne leur propose pas d’autre point de vue. »

Qu’est-ce qui vous surprend le plus ?

« Vous savez, je suis de moins en moins surpris. Ce qui me choque le plus, c’est d’une part la manière dont le Mal prend un beau visage et d’autre part la manière dont les frontières deviennent très floues. Autrefois, ces pratiques étaient très marginales, aujourd’hui elles sont proposées par des médecins, des psychologues… Ces pratiques sont à la conjonction d’une recherche spirituelle qui va un peu tous les sens… on trouve dans certaines foires un producteur de poulet bio et juste à côté un stand qui propose des thérapies énergétiques. Cette confusion, aujourd’hui, est pour moi un signe assez clair que l’Ennemi met le paquet pour éviter qu’une vraie recherche spirituelle aboutisse. »

Quelques mots pour inviter ceux qui liront ces lignes à venir à votre conférence de jeudi ?

« Profitez du fait que vous allez pouvoir écouter un discours qui n’est pas habituel sur ces propositions thérapeutiques et de bien être, qui vous évitera de faire de grosses bêtises, pour vous et pour votre famille. Car souvent, on y emmène les enfants…! Par ailleurs, réfléchissez à la manière dont vous pouvez développer d’autres approches qui seront davantage « catho compatibles » ! »