Que fête-t-on à la Saint-Vincent ?

Ce week-end, plusieurs villages viticoles vont se rassembler pour la fête de Saint-Vincent, saint patron des vignerons. Le père Dominique Garnier, curé des paroisses de Meursault et de Nolay, explique le pourquoi de cette fête.

« Dans de nombreux villages, depuis très longtemps, les vignerons se rassemblent en sociétés de secours mutuel, qui ont souvent saint Vincent comme patron. Ces sociétés ont notamment pour mission de s’occuper des vignes d’un vigneron malade ou décédé. Ce genre de service se rend encore aujourd’hui », indique le père Garnier.

Le jour de Saint Vincent (le 22 janvier, Ndlr), et plus souvent le week-end qui précède cette date, les sociétés de secours mutuel organisent une procession, se transmettent la statue du saint, qui passe de famille en famille tous les ans.

Une messe pour les vignerons décédés

Le curé de Meursault et de Nolay reprend et conclut : « On commence par aller chercher le saint dans la famille où il se trouve, on va en procession avec la statue jusqu’à l’église, où une messe est célébrée en mémoire aux vignerons décédés pendant l’année passée. A l’issue de la messe, on se rend dans la famille qui va accueillir la statue pour l’année qui vient, enfin tout le monde se retrouve pour un banquet. Cette fête est avant tout un temps de retrouvailles et de convivialité. C’est une occasion d’avoir une certaine proximité avec les vignerons, qui tiennent vraiment à ce que le curé soit présent. »

Ce week-end du 18-19 janvier, des messes seront célébrées samedi à Meursault, Nolay, Santenay, mais aussi à Couchey. Dimanche, d’autres messes auront lieu à Chenôve, Saint-Apollinaire ou encore Bellefond et Chassagne-Montrachet. Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive !