Voeux de Mgr Minnerath : « Le tout est fait pour être tout en tous »

Mgr Roland Minnerath, archevêque du diocèse de Dijon, a présenté ce jeudi soir ses vœux aux autorités civiles, militaires et religieuses de Côte-d’Or, dans le grand amphithéâtre du Centre universitaire catholique de Bourgogne (CUCDB).

A 18h30, Pierre-Henri Lemaire, président de l’établissement, a accueilli notre archevêque et ses invités par une brève présentation des activités du Centre Universitaire.

Introduit en musique par deux guitaristes, Mgr Minnerath a pris ensuite la parole. Il a introduit son propos par une « simple » question : « Les rapports entre la commune et le département entre les départements et la région entre la région et l’État central se ramènent-ils à la simple équation  de la partie et du tout ? »

« Le tout doit mettre en valeur la singularité »

Il a précisé que la vision selon laquelle « des personnes, des cultures, des nations ne sont que des apparitions transitoires destinées à être absorbées dans le grand tout » ne correspondait pas à la pensée chréti enne de l’homme. Il a ajouté : « Si l’homme est un tout, alors le tout n’est plus le tout, en tout cas il l’est autrement, non comme broyeur de la singularité, mais comme mise en valeur de la singularité. »

Notre archevêque a poursuivi : « Si la commune n’est que la partie indifférenciée d’un tout englobant, elle n’est plus en mesure de susciter la même adhésion et la même participation des citoyens. […] La tendance de l’esprit centralisateur est d’invoquer la cohérence du tout au détriment de la consistance des parties. L’esprit subsidiaire invoque au contraire le fait que les agrégations humaines partent toujours de la base pour se joindre à d’autres groupements plus vastes sans perdre leurs caractéristiques propres. »

« En chaque Église locale est présente l’Église universelle »

Quelle est donc la spécificité de l’Eglise dans cette vision du tout ? « Ce phénomène de la partie et du tout a reçu une réponse originale dans l’Église catholique. Contrairement à une conception encore présente ici ou là, l’Église n’est pas un tout monolithique qui serait subdivisé en parties. Chaque partie – c’est-à-dire chaque Église diocésaine – se conçoit comme une concentration du tout. En chaque Église locale est présente l’Église universelle […] Dans la vision chrétienne certes l’humanité est un tout à laquelle tout homme appartient à travers les médiations de sa famille, de son peuple, et de la communauté des peuples. Il est vital de retrouver le sens de ce tout. […] Le tout est fait pour être tout en tous. »

Retrouvez l’intégralité du discours de Mgr Minnerath sur ce lien.

Les échanges se sont poursuivis autour d’un cocktail préparé et servi par des élèves du lycée Saint-Bénigne de Dijon.