Toussaint : Quel est votre saint « préféré » ?

A l’occasion de la fête de la Toussaint, nous donnons la parole aux prêtres et laïcs qui nous expliquent quel est le saint qui les a le plus touchés et pourquoi.

En cette veille de la Toussaint, le père Etienne Clément, ordonné prêtre en juin dernier et actuellement vicaire de la paroisse Dijon Saint-Michel, explique :

« Mon saint préféré est une sainte : Thérèse d’Avila, première femme docteur de l’Eglise. Je ne l’ai pas encore beaucoup lue, mais je l’aime beaucoup. Elle m’a séduit lors d’un pèlerinage en Espagne : femme au tempérament de feu, qui a vécu sa foi de manière très incarnée, avec son corps, ses émotions, son intelligence, ses intuitions. Elle m’a fait découvrir que dans la vie spirituelle, il y a toujours à découvrir, à approfondir, aucun risque d’ennui : c’est un chemin de croissance perpétuelle !

Il est consolant pour nous de voir qu’elle ne s’est convertie qu’après des années de vie religieuse. Mais une fois ce retournement opéré, elle n’a fait que brûler de l’amour du Seigneur, réformant l’Ordre des Carmélites et fondant des Carmels à travers toute l’Espagne. Elle est un modèle inspirant tant pour la prière que pour l’action. « La patience obtient tout… Dieu seul suffit ! » »


Martine, laïque dijonnaise, indique : « Je voudrais parler de Padre Pio. En 1986, je suis allée un peu par hasard en Italie sur la tombe de Padre Pio (canonisé en 2002, Ndlr) à la demande de ma mère. J’ai organisé notre périple avec deux nuits à San Giovanni Rotondo, le lieu où il a vécu. La pension de famille était à côté de son Couvent mais très à l’écart du village. Alors le soir j’ai appris à dire le chapelet en italien avec les mammas italiennes autour de sa statue.

Je me suis assise dans son propre siège là où il avait l’habitude de prier, je me rappelle y avoir crié vers le ciel pour que ma vie soit sanctifiée, et puis comme il n’y avait vraiment rien d’autre à faire j’allais à la messe deux fois par jour… Cette messe qui était pour le Padre Pio le centre de sa vie.

Il ne s’est rien passé d’extraordinaire pour moi pendant ce séjour mais quand je suis repartie de là bas l’Eucharistie était aussi devenue le centre de ma vie. Il a dû intercéder pour moi car j’y suis fidèle quotidiennement depuis ce temps là… » »


Paul : « Saint Paul, le persécuteur de l’Église devenu colonne de l’Église, annonçant l’Évangile aux païens avec une audace et une ardeur missionnaire. Apôtre du Christ qui lui donna sa vie par amour. »

Florian et Sandrine : « Les Saints Louis et Zélie Martin. Ils viennent nous révéler que le mariage est un chemin de sainteté. Un amour mutuel qui trouve sa source dans l’abandon et la confiance en Dieu, en toutes circonstances. Canonisés l’année de notre mariage, ils sont devenu des guides pour notre couple, ouvrant notre cœur aux grâces de l’amour et au don de soi. »

Mélanie : « Sainte Catherine Labouré, originaire de notre diocèse, fille de la terre toute simple, tournée vers Dieu et le service des plus petits. »

Elin : « Sainte Bernadette Soubirous qui a été très présente dans mon début de vie de recommençante à croire il y a quelques années, Sainte Reine petite sainte de notre région dont le pèlerinage a traversé les siècles depuis l’Antiquité et est toujours actif dans le petit village d’Alise. Et pour les hommes…Saint François d’Assise. Tous ces saints restent présents dans leur humilité et leur force dans ma vie chrétienne. »

Martine : « Saint Marcel, l’évangélisateur du pays chalonnais, dont le martyre est bien assuré au lieu dit « Ubiliacus » qui porte aujourd’hui son nom. Le roi de Bourgogne Gontran érigea là une basilique, achevée en 979 ; le monastère fut rattaché à l’abbaye de Cluny à la fin du 10e siècle… et Pierre Abélard y mourut en avril 1142. Marcel est également honoré en Côte-d’Or (ainsi à Fleurey-sur-Ouche)… »

Marie-Claire : « Bien sûr, la première, Marie, Mère de Dieu, une de mes saintes patronnes, mais aussi celles et ceux que j’invoque tout au long de la journée sous ce nom « Clairétherbecavinber » : Claire d’Assise, mon autre sainte patronne, Élisabeth de la Trinité, notre carmélite de Dijon, Thérèse de Lisieux, Bernadette de Lourdes, Catherine Labouré qui a appris à lire à Châtillon, Saint Vincent de Paul et Saint Bernard de Clairvaux. Tous ont un rôle important dans mon chemin de vie. Je prie aussi celles et ceux qui ne sont pas encore au calendrier mais déjà dans la Lumière du Christ : mon mari, une nièce, une tante très proche, deux amis et aussi des saints « vivants » : un ami prêtre et deux religieuses.
Et vous tous, saints et saintes de notre diocèse, priez pour nous. »

Bruno : « Sainte Elisabeth de la Trinité, princesse de la Paix. »

Vous pouvez vous aussi présenter votre saint « favori » en postant un commentaire sur notre page Facebook. Nous publierons ensuite votre témoignage sur cette page.

Retrouvez les horaires des messes de la Toussaint sur ce lien.