Les pèlerinages « de papas » ont la cote

Alors que les beaux jours arrivent à grands pas, plusieurs pèlerinages locaux sont proposés depuis quelques semaines. Ce week-end, un nouveau pèlerinage, à destination de Notre-Dame d’Etang, à Velars-sur-Ouche, est organisé. Il a pour particularité d’inviter les pères de famille…et leur(s) fille(s).

Au programme, de la marche à pied, bien sûr, mais aussi des temps de prière, une veillée et une nuit d’adoration, avec le père Serge Athenor, curé de Plombières-lès-Dijon et de Sombernon.

L’un des organisateurs, Jean-Pascal de Rocheprise, indique : « C’est la troisième édition de ce pèlerinage, qui a débuté en 2010. On a une trentaine de participants, en général. Cela répond à une demande des familles : les filles tout autant que les papas, qui vivent un moment qu’ils n’ont pas souvent l’occasion d’expérimenter. Et les mamans encouragent leur mari à prendre ce temps avec leur fille ! »

Nicolas Jouffroy, qui organise ce pèlerinage pour la troisième fois, précise : « Souvent les papas choisissent de marcher au rythme de leur(s) fille(s) et cela permet d’avoir de belles discussions, souvent spirituelles. Il y a aussi des temps de marche en groupe. On essaie de laisser les filles entre elles, pendant ce temps les pères passent du temps ensemble et échangent. C’est un pèlerinage aussi spirituel que festif ! »

A l’issue du pèlerinage, chaque papa et ses filles se font bénir par le Saint Sacrement. Une photo est prise à cette occasion, et d’après Nicolas Jouffroy, ce cliché est souvent gardé précieusement par les papas tant il est riche en souvenirs.

Dans les semaines qui viennent, d’autres pèlerinages s’adressent également aux pères de famille : deux se tiennent le week-end des 29, 30 juin et 1er juillet

Le premier se tient à Domois. Ce pèlerinage est un week-end où les pères de famille se rencontrent, parlent de leurs préoccupations de père et d’époux, et y trouvent des éléments de réponse et des pistes de réflexion.

Le deuxième va rallier Vézelay. Il est ainsi présenté : « Un week-end de lâcher prise. Partir en pélé, c’est laisser en arrière, pour un temps seulement, tout ce qui encombre le cœur pour le retrouver au retour (sinon ce serait trop simple), mais avec un cœur allégé et une regard nouveau. »