On a retrouvé…l’acte de baptême du chanoine Kir

Ce mercredi 25 avril, cela fera 50 ans que le chanoine Kir est décédé. A cette occasion, la paroisse de Venarey-Les Laumes et la commune d’Alise-Sainte-Reine, où est né – et enterré – l’ancien député-maire de Dijon, organisent une journée commémorative ce samedi.

A 10h30, une messe sera célébrée par le père Lionel Canat, curé de la paroisse de Venarey-Les Laumes, en l’église Saint-Léger d’Alise-Sainte-Reine. Après un dépôt de gerbe au cimetière, un repas réunira, à la maison paroissiale, les prêtres et les diacres qui le souhaiteront, en particulier les anciens curés d’Alise-Sainte Reine. Par ailleurs, des manifestations seront organisées par la commune dans la journée autour de la boisson démocratisée par le célèbre ecclésiastique.

Aux archives diocésaines, plusieurs documents font référence à la figure du bouillant chanoine… en particulier son certificat de baptême, manuscrit, daté du 3 février 1876, qui mentionne « Le 3 février, en l’église paroissiale d’Alise-Sainte-Reine, a été baptisé par moi, curé de ladite paroisse, Félix Adrien, né le 22 du mois précédent, fils légitime de Jules Kir […] »

Martine Chauney-Bouillot, responsable des archives diocésaines, a également retrouvé les notes trimestrielles de Félix Kir alors qu’il se trouvait au petit séminaire de Plombières-lès-Dijon (dans l’actuel bâtiment de la CRS 40, Ndlr). A la lecture de ces notes, on remarque que le jeune Félix est un élève plutôt moyen à son entrée au lycée, qui s’améliore d’année en année…

Autres documents, des homélies et autres textes du chanoine, manuscrits, sur des sujets extrêmement variés, de l’école laïque à l’adoration perpétuelle, en passant par la prière et la figure de Sainte-Reine. De nombreux écrits liés à l’armistice de 1918 témoignent que le chanoine Kir a été profondément marqué par la Grande guerre, à laquelle il a pris part. Les lettres rédigées entre les deux guerres mondiales manifestent un intérêt croissant pour la politique, comme cet écrit de 1935 intitulé « La crise », qui évoque notamment « la diminution du pouvoir d’achat », « la répression de la fraude » ou encore « les ministres qui mentent »…