Journée de formation des prêtres sur « Amoris Laetitia »

Si régulièrement des journées de formation sont organisées à l’intention des prêtres du diocèse, celle du 30 janvier était particulièrement nécessaire et attendue puisqu’elle souhaitait faire le point sur la pastorale familiale et particulièrement la pastorale du mariage après le texte majeur de l’exhortation apostolique post-synodale  Amoris Laetitia du pape François (avril 2016).

C’est le P. Cédric Burgun, prêtre du diocèse de Metz, membre de la communauté de l’Emmanuel, maître de conférences en droit canonique à l’Institut Catholique de Paris, Vice-Doyen de la Faculté de Droit canonique, qui a été invité à s’exprimer devant les prêtres du diocèse.

Cheminer

C’est à la suite des deux synodes sur la famille de 2014 et 2015 que le pape François a publié cette exhortation apostolique en Avril 2016. Elle était particulièrement attendue tant des questions diverses et variées avaient été abordées. Or avant d’aborder des questions de droit canonique ou des règles, le pape François a tenu à faire de ce texte une réflexion sur l’amour conjugal, la vie de famille, l’éducation des enfants, la préparation au mariage.

Aussi c’est toute l’exhortation apostolique qui est un appel à cheminer et à lire comme un cheminement qui retrace l’histoire du salut, un itinéraire spirituel.

C’est ce même chemin qu’a tenu à suivre le Père Burgun, non pas pour esquiver les questions difficiles, mais pour rappeler que le mariage est avant tout une histoire de salut qui est donc aussi un combat spirituel, un dépassement des fragilités et des blessures, une route marquée par la croix du Christ. Car il ne faut pas oublier que si des couples connaissent des difficultés, en France, plus de la moitié des couples tiennent. Le mariage n’est donc pas qu’un problème mais c’est aussi une joie, une opportunité, une grâce.

La famille est appelée à devenir elle-même un lieu du cheminement et donc un lieu d’école : école du don de soi et de la gratuité, école du pardon, école de l’accueil du plus pauvre, école de prière.

Pastorale familiale et discernement

L’Eglise et donc chacune de nos paroisses et chacun de nos doyennés a donc la responsabilité de proposer une pastorale familiale forte qui ne se contentera pas de rappeler des règles et des interdits évidemment mais qui viendra irriguer toute la vie de l’Eglise et qui proposera un cheminement : elle commencera par l’écoute, ne fuira pas les questions complexes mais proposera une vraie formation à la vie familiale et un discernement qui n’oubliera pas tous les critères proposés dans l’exhortation apostolique et qui appellera à un vrai cheminement.

Après les interventions du P. Burgun, les prêtres ont été visiblement heureux de partager en petits groupes leurs expériences d’accueil des couples et des familles dans toutes leurs diversités. Nul doute qu’une telle journée de formation pourra être évoquée aussi dans les prochaines réunions de doyennés, d’Equipes d’Animation Paroissiale et de conseil pastoral.

Photos : Nicolas Rouillard