Église en Côte-d’Or – septembre 2016

eglisecotedor-sept-2016

Dossier de la revue Eglise en Côte-d’Or septembre 2016 : Le travail

 

« Jusqu’à ce jour, mon Père travaille ; moi aussi je travaille ». C’est bien le verbe « travailler » (ergazomai) que Jésus emploie en réponse au reproche que lui font les pharisiens de guérir un infirme le jour du sabbat. Même si à la fin du récit de la création nous lisons que le septième jour « Dieu se reposa de tout l’ouvrage qu’il avait fait » (Gn 2, 2-3), l’œuvre de la création est un travail continu, auquel nous sommes appelés à coopérer. Jésus, en posant des œuvres de miséricorde, comme des guérisons le jour du sabbat, montre qu’il est toujours à l’œuvre pour le salut des hommes. Travailler, c’est créer, guérir, réparer ce qui est détruit. Travailler, c’est mettre de l’ordre dans la création en la faisant fructifier. C’est aussi redresser ce qui est tordu, pardonner les offenses, s’activer pour que le bien l’emporte sur le mal.

L’Apôtre Paul ne cesse d’employer ce verbe : « travailler » au sens de « peiner » pour caractériser son engagement indéfectible au service de l’Evangile. La mission de l’Eglise est un immense travail qui vise à faire entrer librement l’humanité dans la voie de son accomplissement en Dieu. Car le travail a pour but d’achever ce qui a été commencé. Ce but se confond avec le royaume de Dieu promis et inauguré par Jésus.

On est loin de certaines conceptions courantes qui ne retiennent du travail que son aspect de contrainte, et qui cherchent le sens de la vie ailleurs, dans les loisirs, les plaisirs, le repos. Repos et travail doivent alterner. Mais la vie a un sens dans la mesure où elle coopère à l’immense travail de l’humanité : travail qui consiste à vaincre la pénurie, la faim, l’ignorance, les préjugés, les inimitiés, et à s’approcher toujours plus du but final.

Le travail fait partie intégrante de la condition humaine et de la dignité de la personne. Une priorité de toute politique économique est de favoriser la création d’emplois. Nous en sommes encore loin. Les ressources matérielles et les outils théoriques pourtant ne manquent pas pour permettre à tous de s’épanouir et de devenir autonomes grâce à leur travail.


Découvrez le sommaire de la revue